Archives mensuelles : février 2020

//février

Municipales 2020 : dans six communes de l’Indre, il n’y pas assez de candidats

Pour les élections municipales des 15 et 23 mars prochain, six communes de l’Indre de moins de 1000 habitants, manquent de candidats par rapport au nombre de sièges à pourvoir. Mais contrairement au Cher, aucune commune n’est dépourvue de candidat.
Alors que le dépôt des candidatures pour les élections municipales est clos depuis ce jeudi soir, le préfet de l’Indre précise dans un communiqué qu’ “aucune commune n’est dépourvue de candidat”. En revanche, six d’entre elles ont un nombre de candidatures inférieur au nombre de sièges à pourvoir. C’est le cas de :

Murs, avec 9 candidats pour 11 sièges
Saint Christophe-en-Bazelle : 7 candidats pour 11 sièges
Saint Gilles : 10 candidats pour 11 sièges
Ingrandes : 2 candidats pour 11 sièges
Lourdoueix-Saint Michel : 1 candidat pour 11 siéges
Le Tranger : 1 candidat pour 11 sièges
Dans ces communes de moins de 1000 habitants, les élections seront toutefeois organisées normalement. Pour être élus au 1er tour de scutin, les candidats devront obtenir la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de suffrages au moins égal au quart de celui des électeurs inscrits. La préfecture de l’Indre ajoute que des candidatures pourront être déposées en préfecture et sous-préfecture à l’issue du 1er tour. Si des conseils municipaux ne pouvaient pas fonctionner faute d’élus en nombre suffisant, le préfet mettrait en place une délégation spéciale qui sera chargée de gérer les affaires courantes et d’organiser de nouvelles élections municipales.

4853 candidatures dans l’Indre

Alors qu’il ya 3235 conseillers muncipaux a élire dans le département, la préfecture a reçu 4853 candidatures. Sur ces candidats, 2117 sont des femmes et 2736 des hommes. Le plus jeune candidat a 18 ans, le plus âgé, 95 ans. 1688, c’est le nombre de conseillers muncipaux sortants qui se représentent. Ils sont 162 maires sur 241 élus actuellement qui ont décidé de solliciter à nouveau les suffrages des électeurs.

Pour les communes de plus de 1000 habitants, 78 listes ont été déposées pour 41 communes ; 17 ne disposent que d’une seule liste.

2020-03-05T13:50:08+01:00février 28th, 2020|Elections|Commentaires fermés sur Municipales 2020 : dans six communes de l’Indre, il n’y pas assez de candidats

Le président du département de l’Indre demande un moratoire sur les projets éoliens

Serge Descout, président du Conseil départemental de l’Indre, a écrit un courrier au préfet pour lui demander un moratoire sur tous les projets de parcs éoliens dans le département. Une décision saluée par les associations qui s’opposent à l’implantation d’éoliennes.
C’est un élément qui peut être déterminant pour le futur des projets de parcs éoliens dans l’Indre. Le président du Conseil départemental de l’Indre a “saisi par courrier Monsieur le préfet en lui demandant un moratoire sur de nouvelles implantations de parcs éoliens sur le territoire du département de l’Indre”. Début janvier, Serge Descout avait été sollicité par plusieurs collectifs qui regroupent des associations. Dans cette lettre, ils indiquaient “l’incompatibilité entre les initiatives mises en place par le Conseil départemental pour augmenter l’attractivité du département et le développement à tout-va de l’éolien dans le département auquel on assiste actuellement”.

Joint par France Bleu Berry, Serge Descout estime qu’en matière de projets éoliens, l’Indre à largement rempli sa mission : “On ne vas en réinstaller 100 ou 150 supplémentaires, parce que là, ça finirait par vraiment polluer l’ensemble des paysages”. Et le président du Conseil Départemental d’ajouter : “Certains départements (de la région) en ont zéro : L’Indre-et-Loire n’en a pas et le Loir-et-Cher, n’en a pour ainsi dire, pas non plus. Alors, on me dit “en Indre-et Loire, nous avons des monuments historiques, de très beaux sites…” et bien je dis, dans l’Indre aussi nous avons de très beaux sites. Moi, je veux aussi préserver une qualité de vie, une qualité environnementale et j’ai pris mes responsabilités en disant à monsieur le préfet : stop, des éoliennes, y en a assez”

Les éoliennes, un frein à l’attractivité ?
Selon les dernières statistiques en ligne de la Direction départementale des Territoires, 109 éoliennes sont en service dans l’Indre. “L’éolien n’est pas la bonne réponse pour notre département et pour le Boischaut Sud. C’est un sujet clivant, qui oppose, qui divise dans les villages. Et je pense que l’on n’a pas besoin de ça dans nos territoires”, estime Jean Panel, président de l’association Pas de vent chez nous – Avenir Boischaut Sud.

Pour lui, il y a une incohérence entre la politique d’attractivité mise en place par le département et l’implantation d’éoliennes. “Vous ne pouvez pas mettre en avant le Parc Régional de la Brenne et en même temps lui mettre dedans des éoliennes. Les gens ne vont pas venir se promener pour se retrouver devant des monstres d’acier”, ajoute Jean Panel. “On se réjouit de la décision courageuse de Serge Descout, parce que politiquement, tout le monde a à la bouche l’éolien pour la transition énergétique”, conclut-il.

Christian Autissier est allé à la rencontre de plus de 500 habitants à Bazaiges et Vigoux, où un projet de parc éolien prévoit l’implantation de six éoliennes. “92% ont donné une réponse pour dire non à ces éoliennes. Il y a une quasi-unanimité contre ces projets”, explique-t-il. “J’ai une dame qui tient une agence immobilière. Sur la Haute-Vienne, il y a des maisons qui sont à 30 ou 40% moins chères à cause des éoliennes et elle peine à les louer. Donc, c’est un vrai problème”, estime-t-il.
France bleu

2020-03-05T17:05:15+01:00février 26th, 2020|Eolien|Commentaires fermés sur Le président du département de l’Indre demande un moratoire sur les projets éoliens