Archives mensuelles : juillet 2012

//juillet

ZDE dans l’Indre : nos élus favorables ou défavorables ?

 

Eolienne_StGenou.png

Le SRCAE de la région centre a été adopté et confirmé  par l’arrêté préfectoral enregistré le 28 juin 2012 sous le n° 12-120, signé par le préfet et le président de la région centre.

Il valide aussi le SRE qui prévoit à l’horizon 2020, l’installation dans notre département, entre 160 à 200 aérogénérateurs de 150 mètres de haut, ce qui fera de l’Indre le champion de la région centre. Pas mal pour un département que le préfet de l’Indre qualifie de  “Moins venteux, le contexte météorologique de l’Indre est moins favorable à l’implantation d’éoliennes “.

La contribution au SRE de l’Indre s’élève à un potentiel de 390 Mw
pour le loire et Cher : 100 Mw
pour l’Indre et Loire : 120 Mw
pour l’Eure et loire : 270 Mw
pour le Loiret ; 300 Mw
pour le Cher : 320 Mw

Il apparait clairement sur l’atlas éolien de la région centre que les zones les plus favorables ne sont pas exploitées, soi-disant pour causes de contraintes de type :
– Zone de radar sur Orléans-Chateaudun, Tours et Bourges
– Zone de protection du patrimoine sur la vallée de la Loire
– Zone aéronautique sur Châteauroux, nord du Loiret et nord de l’Eure et loire
– Zone de parcs naturels comme la Sologne et la Brenne

Il ne restait plus que le sud de la région centre, ce qui explique la concentration de ZDE sur l’Indre.

carte_eolien_centre.jpgcarte-SRE

Actuellement la puissance installée en région centre est de 673 Mw dont 90 Mw pour l’Indre. 427 Mw sont déjà autorisés en région centre pour 2012 dont 150 Mw pour l’Indre, et près de 179 éoliennes en projet (environ 360 Mw). A titre de comparaison la région Ile de France à une puissance installée de seulement 6 Mw.

Les communes favorables pourront donc déposer des demandes de Zone de Développement Eolien et seul le préfet de l’Indre sera autorisé à les valider ou non. Souhaitons que le futur Préfet de l’Indre, Jérôme Gutton, agrégé d’histoire, prendra la défense de notre patrimoine naturel et culturel, et de nos ensembles paysagers.

Sur la NR réaction de Michel Denizot sur les ZDE :

En page blancoise, c’est « Non aux zones de développement éolien ». « L’article concerne le parc de la Brenne et montre bien la complexité d’un sujet très souvent mal expliqué et cela dans l’intérêt des constructeurs. L’éolien est certainement utile, mais pas n’importe où ni à n’importe quel prix. Respecter les sites et la beauté de la nature devrait être une priorité. L’avis de la commission des sites est souvent bafoué comme ce fut le cas à Heugnes – son village – ou ailleurs. Il faudrait dépassionner le débat. La région Centre la plus chargée en éoliennes de tout le pays, est-ce un atout ? Si oui, pour qui ? »

Réunion de la CdC de Valençay
04/07/2012
Lors de la dernière assemblée générale, les maires et délégués de la Communauté de communes du Pays de Valençay ont pris les décisions suivantes :
Énergies renouvelables. Concernant le projet d’implantation d’éoliennes, à Saint-Martin-de-Lamps, la CCPV émet un avis défavorable, évoquant la proximité du château de Valençay, atout touristique, ainsi que la protection de l’habitat des chauves-souris, espèce protégée

Éoliennes : une mobilisation payante à Baudres
11/07/2012
Le projet d’éoliennes sur le territoire de Baudres a avorté. C’est ce qu’a annoncé dernièrement l’association Baudres préservé, créée dans un but de protection de l’environnement, à plus de 70 adhérents et sympathisants, à la salle des fêtes de la commune. Un soulagement pour les opposants au projet. Baudres et les communes environnantes, Vicq-sur-Nahon, Langé, Luçay-le-Mâle, ne figurent en effet plus sur la nouvelle carte du Schéma régional éolien (SRE), concernant l’Indre. Ce vote du conseil régional a été validé le 21 juin, en séance plénière, après présentation d’un dossier très argumenté. La délibération a été publiée le 22 juin et l’arrêté du préfet de région validée, le 28 juin.
Ce résultat est une grande victoire pour l’association. Preuve que la mobilisation sur la zone 12 a été efficace, grâce aux 566 signatures de la Communauté de communes du Pays de Valençay et des 360 signatures de Baudres. A cela, s’ajoutent les 238 avis défavorables (dont 198 issus de Baudres) déposés. Le président a remercié tous les adhérents de l’association et associations amies qui ont contribué à ce résultat par leurs pétitions et leurs nombreux courriers adressés aux différentes instances : préfet régional, préfet départemental, président du conseil régional, président du conseil général. Selon Baudres préservé, les conseils prodigués par l’association L’R de rien, ainsi que l’appui des élus qui ont pris position contre l’implantation d’éoliennes sur le territoire de Baudres ont été d’une importance cruciale dans ce dossier. « La vigilance reste de rigueur. La carte du SRE est valable pour cinq ans et d’autres chantiers (station d’épuration, déchets nucléaires…) sont à surveiller », alerte toutefois l’association.

Avis partagés sur l’éolien en Brenne
16/07/2012
Comme un certain nombre de collectivités, le PNR avait à émettre un avis sur la création de deux Zones de développement éolien (Zed) : Pouligny-Sauzelles et Chazelet – Sacierges – Saint-Civran. Au cours d’un long débat, partisans et adversaires de ces projets ont pu tour à tour s’exprimer et avancer leurs arguments. Des arguments portant sur les enjeux, l’impact environnemental, l’aspect financier, la production envisagée, etc. Cet échange s’est clos par un vote à bulletins secrets qui a démontré, si besoin en était, que les avis sur le sujet sont partagés : 22 voix contre, 20 pour et 2 bulletins blancs. Rappelons que cet avis n’est que consultatif. Et que la décision finale sera prise par le préfet de l’Indre.

Clion – Avis défavorable sur le dossier des éoliennes
NR du 17/07/2012
Mardi dernier, les élus de la communauté de communes Cœur de Brenne étaient réunis autour de Jean-Louis Camus, président, qui accueillait M. Sinault, maire de Lingé et ses conseillers, pour participer dès à présent au conseil communautaire avant l’entrée officielle de la commune, en janvier 2013, dans la communauté de communes. Outre plusieurs autres décisions qui ont été prises, le conseil communautaire a émis un avis défavorable au projet de création d’une zone de développement de l’éolien sur les communes limitrophes de Murs et de Clion-sur-Indre, pour lesquels le préfet a demandé de se prononcer.

Unanimité du conseil contre le projet éolien
24/07/2012
Au cours de sa dernière réunion en date du 2 juillet, le conseil municipal de Dunet a pris les décisions suivantes.
Projet éolien. Le conseil émet, à l’unanimité, un vote défavorable. Sans mettre en cause la nécessité des énergies renouvelables, il considère que l’éolien ne correspond pas aux besoins d’une commune visible du Parc de la Brenne. De nombreuses raisons justifient cette prise de position, outre les nuisances connues (bruit, oiseaux…), la faible rentabilité (0,73 % de l’énergie produite), le coût du démantèlement après quinze ans, le coût du KWh éolien brut (0,085 €) soit trois fois plus que le coût de production moyen (0, 028 €) et les taxes y afférant, la dévalorisation du patrimoine (de moins 20 à moins 40 % suivant la densité des installations) et l’incompatibilité prévisible avec les projets du Schéma de cohérence territoriale (Scot).

Réunion du conseil communautaire du Pays d’Ecueillé
25/07/2012
Le conseil communautaire du Pays d’Écueillé, lors de sa dernière réunion, a pris les décisions suivantes :
Éolien. Le conseil émet un avis favorable au dossier relatif au projet de création d’une Zone de développement éolien (ZDE) sur une partie du territoire de la commune de Saint-Martin-de-Lamps.

Au conseil municipal de Préaux
27/07/2012
Le conseil municipal refuse le classement sans concertation de la commune en zone favorable dans le Schéma régional éolien du 21 juin. Il autorise le maire à saisir le tribunal administratif pour en obtenir l’annulation.
D’autre part, les modalités de fonds de concours avec la communauté de communes d’Écueillé ont été redéfinies.

Parcs éoliens : ” Contraires à l’esprit des PNR “
NR du 30/07/2012
L’implantation de parcs éoliens dans l’Indre continue de faire souffler un vent de fronde. Surtout quand ils sont aux abords de sites ou de parcs protégés.
Il y a dix jours, Martial Drui, secrétaire de l’Association de défense de l’environnement de Sauzelles, s’interrogeait sur les avis favorables donnés par le conseil municipal du Blanc et par la communauté Brenne-Val de Creuse, aux zones de développement éoliens dans le secteur (NR du 13 juillet). François-Régis Bach, président de la Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France, souhaite réagir à son tour.

L’argent facile contre le cadre de vie
« Les parcs naturels régionaux (PNR) sont des parcs naturels, insiste François-Régis Bach. Ils ont ainsi été créés sur une décision du général de Gaulle pour conserver au moins certains espaces de notre territoire national à l’abri de l’urbanisation excessive et de l’industrialisation, permettant ainsi à nos concitoyens de pouvoir profiter d’espaces et de cadres de vie agréables. L’implantation d’éoliennes industrielles de dimension gigantesque dans un parc naturel est une hérésie, et contraire à l’esprit des PNR. »
François-Régis Bach poursuit : « La création, par le gouvernement, d’une obligation faite à EDF d’achat de l’électricité éolienne à un prix exorbitant (environ trois fois le coût de l’électricité actuellement produite en France) a provoqué une manne financière considérable pour les promoteurs d’implantations d’éoliennes, manne qui est répercutée en partie sur les propriétaires de terrains et sur les municipalités, malgré la transformation de la taxe professionnelle en d’autres taxes.
Les élus qui veulent profiter de cet apport d’argent considérable et facile pour transformer leur commune en parc industriel de fabrication d’électricité, au détriment de leur cadre de vie naturel, devraient honnêtement se retirer du PNR. Le cas de communes de Sauzelles et Pouligny, entourant cette agréable vallée de la Creuse ainsi que l’abbaye de Fontgombault, est particulièrement choquant. »

Le conseil municipal de Vicq-sur-Nahon, réuni le 28 juillet, a pris les décisions suivantes :
Schéma régional climat air et énergie. Le conseil a confirmé l’exclusion des communes de Langé, Luçay-le-Mâle et Vicq-sur-Nahon pour l’implantation d’éoliennes industrielles sur leur territoire.

NR du 02/08/2012
Sur l’Indre et Loire , projet en cours sur la zone 12 :
Nouans-les-Fontaines : le projet de parc éolien approuvé par le conseil
Parc éolien. Suite à l’intervention de la société Éole-Res lors de la précédente séance, le conseil a délibéré sur l’implantation d’un parc éolien sur la commune de Nouans-les-Fontaines. Après vote à bulletins secrets, par 13 voix pour et 2 voix contre, il a donné son approbation au projet d’implantation de six éoliennes par cette société avec laquelle une promesse de convention de servitudes sera signée et qu’il a autorisée à déposer des demandes et déclarations nécessaires à la réalisation du projet (urbanisme, environnement, énergie, industrie…) ; à faire procéder aux études de raccordement au réseau électrique. Le maire a été autorisé à signer toutes les autorisations et récépissés afférant à ces différentes demandes (dépôt de permis de construire, autorisation d’exploiter au titre des ICPE, demande de défrichement…). Il a autorisé la société Éole-Res à réaliser l’ensemble des travaux et aménagements nécessités par la construction du parc éolien.
NR du 16/08/2012

2017-02-05T18:54:22+01:00 juillet 29th, 2012|Eolien, Non classé|Commentaires fermés sur ZDE dans l’Indre : nos élus favorables ou défavorables ?

Arrêté de limitation et de suspension temporaire de prélèvements en eau

_DSC0258.jpg

L’Indrois à Préaux, route d’Ecueillé

Les températures enregistrées au mois de juillet et l’absence de pluies conséquentes ont entraîné une dégradation lente de la situation des cours d’eau et des nappes de notre département.  L’état d’alerte vient d’être constaté sur le bassin de l’Indrois, l’état d’alerte renforcée sur le bassin de la Claise et l’état de crise sur le bassin de la Ringoire. Le Préfet de l’Indre vient donc d’adopter par arrêté préfectoral en date du 26 juillet 2012 pour ces  bassins versants, les mesures de restrictions prévues pour ce type de situation.

Sur l’ensemble des communes de ces 3 bassins :

    le remplissage des plans d’eau est interdit ;

les plans d’eau en barrage sur cours d’eau devront laisser s’écouler un débit en sortie de plan d’eau égal au débit entrant ;

  • la manœuvre d’ouvrages ayant une incidence sur la ligne d’eau ou le débit du cours d’eau est interdite ;
  •  le lavage des véhicules en dehors de stations équipées de récupérateur d’eau est interdit

Sur le bassin de l’Indrois :

  •  l’arrosage des terrains de sport, pelouse, espaces verts, massifs floraux publics et privés est interdit de 12 h à 18 h ;
  •  l’alimentation des fontaines en circuit ouvert est interdite ;
  • le lavage des voiries et trottoirs est limité au strict nécessaire pour assurer l’hygiène publique ;
  •  le remplissage des piscines privées est interdit sauf chantier en cours ;
  •   l’irrigation est interdite de 12 h à 18 h.

Sur le bassin de la Claise des restrictions supplémentaires sont à respecter notamment :

  •   l’arrosage des terrains de sport, pelouse, espaces verts, massifs floraux publics et privés est interdit de 08 h à 20 h ;
  •   l’arrosage des golfs et des greens autorisé uniquement de 22 h à 6 h le lendemain ;
  •   l’arrosage des jardins potagers est interdit de 12 h à 18 h ;
  •   l’irrigation est interdite de 08 h à 20 h.

Sur le bassin de la Ringoire des restrictions supplémentaires sont à respecter notamment :

  •  l’arrosage des terrains de sport, pelouse, espaces verts, massifs floraux publics et privés est interdit ;
  •  l’arrosage des golfs et des greens est interdit ;
  •   l’arrosage des jardins potagers est interdit de 08 h à 20 h ;
  •  l’irrigation agricole est interdite.

Des contrôles du respect de ces restrictions seront mis en œuvre par les agents de la Direction Départementale des Territoires et de l’Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques.

Afin de suivre au mieux la situation, l’Observatoire restreint des Ressources en Eau se réunira chaque semaine pour faire le bilan des évolutions de la situation des nappes et des cours d’eau.

L’arrêté préfectoral comportant la liste des communes concernées est téléchargeable sur le site de la préfecture à l’adresse suivante :

http://indre.gouv.fr/Nos-publications/Loi-Sur-l-Eau/Gestion-des-etiages/

   L’arrêté est par ailleurs affiché dans toutes les mairies concernées.

2017-02-05T18:54:22+01:00 juillet 28th, 2012|Environnement|Commentaires fermés sur Arrêté de limitation et de suspension temporaire de prélèvements en eau

Abeilles protégées agriculteurs piqués au vif

DSC4949

Début juillet, le ministère de l’Agriculture a tranché. Le pesticide Cruiser OSR, utilisé pour l’enrobage des semences de colza, est maintenant interdit en France. Une décision motivée par l’étude rendue par l’Agence de sécurité sanitaire de l’alimentation et l’environnement (Anses), qui dénonce l’impact néfaste de ce produit sur les abeilles.

“ Revenir à une méthode de pulvérisation moins efficace et qui demande plus de travail ”

Présidente de l’association Terre d’abeilles, Béatrice Robrolle-Mary a longtemps milité pour l’interdiction du Cruiser. Maintenant que celle-ci est acquise, elle fait part de sa satisfaction : « On se réjouit de la décision du ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll. Les abeilles se développent en grande partie grâce au colza, et nous, apiculteurs, avons observé depuis longtemps le caractère néfaste du Cruiser sur celles qui reviennent à la ruche. »
Bernard de Verneuil, céréalier près de Buzançais, ne l’entend pas de cette oreille. Sans le Cruiser, il estime pouvoir perdre jusqu’à deux quintaux de colza par hectare. Et quand on lui rapporte les propos de l’apicultrice, il bourdonne : « Le rapport de l’Anses ne demande à aucun moment l’interdiction du Cruiser. Les expérimentations qui ont été menées ont exposé les abeilles à des doses démesurées. Ce rapport recommande de poursuivre les recherches afin de se rapprocher de la réalité. Pour moi, cette étude a été détournée, et la décision d’interdire le Cruiser est totalement arbitraire. »
Philippe Demiot n’est pas encore concerné par cette décision. Céréalier au Blanc, il n’utilise le pesticide que sur le maïs. Pour le moment, l’interdiction touche seulement le colza, mais il possède quand même un avis sur la question : « Au lieu d’avoir une protection efficace pendant un mois et demi, il faudra revenir à une méthode de pulvérisation moins efficace et qui demande plus de travail. » Il réagit aussi au souhait émis par les défenseurs des abeilles de voir s’étendre l’interdiction du Cruiser jusqu’au maïs. « Je ne vois pas l’intérêt. Le maïs n’est pas une plante à fleurs, les abeilles ne le butinent pas. »
« C’est faux !, répond Béatrice Robrolle-Mary. Si les abeilles ne récoltent pas de nectar sur le maïs, elles le butinent pour rapporter du pollen dans la ruche, nécessaire pour nourrir les larves. Il faut que les études qui ont permis l’interdiction du Cruiser sur le colza soient poursuivies sur le maïs. Cette décision n’est qu’une victoire d’étape. Il faut maintenant que la France s’oriente vers une véritable agriculture durable. »

NR du 10/07/2012

2017-02-05T18:54:22+01:00 juillet 20th, 2012|Biodiversité|Commentaires fermés sur Abeilles protégées agriculteurs piqués au vif

Région centre : un collectif contre le schéma régional éolien

DSC2125

Vendredi, c’est à Romorantin qu’est né le collectif, sans nom pour l’instant, regroupant les associations anti-éoliennes de la région Centre. En effet, seize des dix-sept associations anti-éolien comptabilisées sur le territoire régional ont validé cette création. Objectif ? Mener des actions, suite à la présentation du schéma régional éolien, à la fin du mois de juin. Rappelons que ce schéma régional éolien est une annexe du projet régional du climat, de l’air et de l’énergie (SRCAE). « La plupart des associations sont en colère car elles estiment que la décision est unilatérale », explique l’un des membres d’une association, au nom du collectif. D’ici le 28 août, – limite du délai légal, deux mois après la présentation du schéma –, le collectif entend, avec son avocat, « engager un recours contre le schéma régional et obtenir son annulation ». Une façon d’inquiéter les développeurs, les constructeurs…
La région Centre est la première en France à se lancer dans une action de ce type. Elle est, avec l’Alsace, l’autre région de France à disposer déjà de ce schéma régional éolien.
Les associations qui composent le collectif, bien que très différentes, dénoncent l’éolien au nom de la défense des paysages. Et remettent en cause son utilité économique.
NR du 16/07/2012

Non aux zones de développement éolien sur le parc régional de la Brenne
Avis partagés sur l’éolien
Comme un certain nombre de collectivités, le PNR avait à émettre un avis sur la création de deux Zones de développement éolien (Zed) : Pouligny-Sauzelles et Chazelet – Sacierges – Saint-Civran. Au cours d’un long débat, partisans et adversaires de ces projets ont pu tour à tour s’exprimer et avancer leurs arguments. Des arguments portant sur les enjeux, l’impact environnemental, l’aspect financier, la production envisagée, etc. Cet échange s’est clos par un vote à bulletins secrets qui a démontré, si besoin en était, que les avis sur le sujet sont partagés : 22 voix contre, 20 pour et 2 bulletins blancs. Rappelons que cet avis n’est que consultatif. Et que la décision finale sera prise par le préfet de l’Indre.
NR du 16/07/2012

Le lien avec l’arrêté préfectoral relatif au SRCAE de la région centre :
http://www.centre.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Arrete_prefectoral_cle55c771.pdf

2017-02-05T18:54:22+01:00 juillet 18th, 2012|Eolien, Non classé|Commentaires fermés sur Région centre : un collectif contre le schéma régional éolien

La préfecture de l’Indre prône la méthanisation

Il y a longtemps que je défends la collecte séparée des biodéchets pour les raisons suivantes :
– Réduction de la pollution des sols lors de la mise en décharge des biodéchets, qui produisent un lixiviat chargé de polluants et de substances toxiques contenus dans les déchets ménagers.
– retour à la terre par méthanisation de 50% de déchets organiques ( fumiers d’origine agricole mélangés avec les restes alimentaires, d’épluchures de légumes, déchets verts…) pour produire de l’énergie et baisser les volumes mis en décharges.
– Enfouissement de déchets secs, ce qui réduit les nuisances olfactives ( pour bien comprendre faite une visite du CET de Châtillon sur Indre)
– Utilisation de l’’obligation de collecte des biodéchets des gros producteurs à partir de 2012 qui pourrait accroître la quantité de biodéchets disponibles et améliorer le rendement de la méthanisation à la ferme ( production de fumier et de déchets végétaux peu producteur de méthane)

Le lien ci-dessous pour télécharger le guide pratique élaboré par la Direction Départementale des Territoires à destination des porteurs de projet souhaitant créer une unité de méthanisation.

application/pdf Guide méthanisation 2,17 MB | 27/06/2012

2017-02-05T18:54:22+01:00 juillet 11th, 2012|Méthanisation|Commentaires fermés sur La préfecture de l’Indre prône la méthanisation

L’État incite les agriculteurs à adopter la méthanisation

La méthanisation est un procédé biologique de dégradation de la matière organique. Une réaction naturelle qui peut être optimisée dans des enceintes fermées et contrôlées. En résulte du biogaz, composé principalement de méthane, et un résidu appelé « digestat » qui peut être utilisé en tant que fertilisant agricole. Les intérêts sont multiples : recycler les déchets organiques, le procédé permettant d’utiliser des résidus de l’industrie agroalimentaire, des ordures ménagères, des boues de station d’épuration et des déchets et effluents agricoles ; produire de la chaleur, de l’électricité ou du gaz naturel ; capter des gaz qui se seraient dispersés dans l’atmosphère.

Diversifier productions et sources de revenus
La combustion du méthane récupéré produit certes de la vapeur d’eau et du CO2, deux gaz à effet de serre ; mais le pouvoir d’absorption de chaleur du CO2 est vingt-trois fois plus faible que celui du méthane. Quitte à relâcher un gaz dans l’atmosphère, autant que ce soit du CO2 plutôt que du méthane, donc.
Pour l’agriculteur, la méthanisation permet de mieux gérer ses effluents, d’accroître son autonomie énergétique et de diversifier ses productions et sources de revenus.« Je crois sincèrement que les énergies renouvelables peuvent être une chance pour l’Indre, a ainsi confié Xavier Péneau, préfet de l’Indre, lors d’une récente réunion destinée à promouvoir le procédé, à condition bien sûr d’être attentifs à la préservation de certains équilibres. » La méthanisation s’inscrit dans cette orientation : elle ne consomme pas de terres agricoles et n’impacte pas le paysage, deux griefs opposés aux parcs photovoltaïques et aux éoliennes par leurs détracteurs. « Elle me paraît particulièrement adaptée car elle est peu consommatrice d’espace, dispose d’un fort potentiel et utilise de la biomasse disponible dans le département. »
Pour répondre aux objectifs nationaux en la matière – une multiplication par cinq de la production d’énergie et par sept de la production de chaleur d’ici 2020 –, la préfecture de l’Indre a donc lancé deux dispositifs destinés à favoriser l’émergence de nouvelles installations : un guide complet et la mise en place d’un guichet unique, destinés aux porteurs de projet. Le premier expose les grands principes de la méthanisation ainsi que les diverses étapes administratives, la réglementation en vigueur ou encore le plan de financement. Le second permet à l’agriculteur de disposer d’un interlocuteur unique qui se chargera de contacter les différents services concernés.

le chiffre
197

C’est le nombre d’unités de méthanisation recensées en France à ce jour, dont 41 à la ferme, et 36 sont en cours de construction. Des chiffres en hausse puisqu’elles n’étaient que 11, il y a 5 ans. Cette croissance est cependant très limitée. A titre de comparaison, l’Allemagne, leader européen en la matière, en compte 5.000.

biodiversité
” Un autre monde est indispensable “
Réuni à Poitiers, la semaine dernière, pour les États généraux abeilles, semences et biodiversité, un collectif regroupant citoyens, paysans et organisations de la société civile, a lancé un plaidoyer pour la sauvegarde de la biodiversité, dénonçant un modèle agricole qui repose « sur une vision dans laquelle la terre n’est considérée que comme un support inerte maintenu sous perfusion par les engrais et les pesticides chimiques, et les écosystèmes comme des ressources à exploiter et non des organismes vivants dont nous faisons partie ». Parmi ses revendications figurent l’interdiction des OGM et de certains insecticides, la refonte totale des procédures d’évaluation des pesticides et une pénalisation forte de toute pollution, afin de « sauver les abeilles, les autres pollinisateurs et la biodiversité ».
Le collectif demande également l’interdiction de tout brevet sur le vivant, un accès à la terre « maîtrisé et équitablement réparti », ou encore des mesures fortes d’incitation aux pratiques alternatives à l’utilisation des pesticides, ainsi que la liberté d’utilisation des semences. « Un autre monde n’est pas seulement possible, il est indispensable. »

NR du 03/07/2012

2017-02-05T18:54:22+01:00 juillet 7th, 2012|Agriculture, Méthanisation|Commentaires fermés sur L’État incite les agriculteurs à adopter la méthanisation

Schéma Régional Eolien dans le Boischaut nord

Le Schéma Régional Eolien a été voté le 21 juin dernier.

Ci-dessous la liste des communes concernées sur la zone 12 : Gâtines au nord de l’Indre (36 et 37) pour un soi-disant potentiel de 80 Mw soit 40 éoliennes de 2 Mw.

carte SRE Z12

Si toutes les communes de la CdC de Valençay ne figurent plus sur la liste, par rapport à la version du SRE du 20 février dernier, c’est grâce aux décisions de refus du SRE des conseils municipaux de ces communes et la mobilisation de la population. Par contre sur la CdC d’Ecueillé, les communes de Préaux, Heugnes, Villegouin et aussi Saint Médard et Le Tranger sur la future CdC de Châtillon ont été rajoutées par l’action du président de la CDC d’Ecueillé Raymond Thomas, auprès du préfet de région. Raymond Thomas, aussi maire d’Ecueillé, qui n’a pas trouvé d’autres moyens pour remplir les caisses de la commune, suite à sa gestion désastreuse. Cette position risque de remettre en cause le regroupement avec Valençay dans le cadre de la réforme des collectivités territoriales et de laisser la CdC d’Ecueillé isolée.

– Réaction sur la liste des communes concernées ou exclues du SRE :
Mr Christian Simon, Conseiller Général du canton et maire de Préaux, alors que le Conseil Municipal a voté contre le SRE, m’a fait part de sa surprise, pour lui cette modification c’est faite dans son dos, il considère que la CdC a inclus Préaux sans le consulter et compte réagir auprès du Préfet de région.

– Extrait du registre des délibérations de la commune de préaux :
Avis du Conseil Municipal de Préaux, sur le projet de schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE) du 25 avril 2012 :
Sur proposition du maire, le Conseil Municipal approuve le SRCAE à l’exception du chapitre traitant du Schéma Régional Eolien.
Il juge l’installation d’éoliennes à Préaux tout à fait innapropriée.
Il approuve d’une façon générale la délibération prise par la Communauté de Communes de Valençay en date du 25 mars 2012.

– Avis sur le SRCAE du Conseil Municipal de Valençay du 25 mars 2012 :
M. le Maire présente au Conseil le projet de Schéma Régional du Climat, de l’Air et de l’Energie. Le SRCAE est un document de planification stratégique (créé par le Grenelle Environnement de 2007 et la loi Grenelle II) visant à définir des objectifs quantitatifs et qualitatifs à l’échelle de chaque région en matière de réduction des consommations énergétiques et des émissions de gaz à effet de serre, de développement des énergies renouvelables, d’amélioration de la qualité de l’air.
Le schéma régional éolien, annexe du SRCAE, a pour objectif de favoriser le développement et l’intégration territoriale de projets éoliens en permettant aux élus, auxservices de l’Etat et aux développeurs privés de choisir des lieux d’implantation raisonnés en excluant les territoires les plus sensibles.
M. le Maire rappelle que la Commune de Valençay s’était unanimement prononcée contre l’inclusion de la zone 12 « Gâtines au nord de l’Indre » dans le schéma régional éolien. Il constate et déplore que certaines communes proches du canton sont pour le moment intégrées dans le projet de périmètre de cette zone, malgré l’avis défavorable de leurs conseils municipaux.
Il réaffirme sa position qui ne constitue pas une opposition dogmatique à l’éolien mais un souci de préservation des paysages, certains territoires étant moins adaptés que d’autres à l’implantation d’éoliennes.
M. le Maire invite le Conseil à bien vouloir se prononcer d’une part sur le SRCAE dans sonensemble et d’autre part sur son volet éolien.
Le Conseil Municipal :
– PREND ACTE à l’unanimité du projet présenté de Schéma Régional du Climat, de l’Air et de l’Energie qui reprend les décisions de la loi Grenelle II en matière d’environnement et de développement durable
– REAFFIRME à l’unanimité moins une abstention (M. PICARD) son opposition à l’inclusion de tout ou partie des communes situées en zone 12 dans le schéma régional éolien
– DEMANDE que les avis des collectivités concernées, exprimés dans leurs délibérations, soient pris en compte et respectés dans le document final.

La liste des communes concernées sur la zone 11B : Gâtines au sud de la vallée de l’Indre (36 et 37), pour un soi-disant potentiel de 50 Mw soit 25 éoliennes de 2 Mw.

carte SER Z 12

– Avis du Conseil Municipal de Châtillon sur Indre, sur le projet de schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE) du 11 avril 2012 :
Monsieur BERTHOUMIEUX résume les grandes orientations du S.R.C.A.E. qui porte pour les années 2020-2050 sur des objectifs quantitatifs et qualitatifs régionaux en matière de lutte contre la pollution atmosphérique, de maîtrise de la demande énergétique, de développement des énergies renouvelables, de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation aux changements climatiques.
Il est expliqué à l’assemblée qu’elle avait la possibilité de revenir sur rôle d’opposition à l’implantation d’éoliennes sur le territoire communal, et la faculté de ne pas se prononcer, ce qui vaudra accord tacite puisque la décision du Conseil Municipal a été prise en compte.
Monsieur BERTHOUMIEUX précise que le projet présenté n’avait appelé aucune remarque particulière de la Commission des Finances qui n’entendait pas revenir sur la décision prise par le Conseil Municipal en matière d’implantation d’éoliennes.
Après délibéré, le Conseil Municipal,
– CONFIRME son opposition à l’implantation d’éoliennes sur le territoire communal,
– NOTE que le projet S.R.C.A.E n’appelle aucune observation particulière.
Délibération approuvée dans les conditions suivantes :
Votant : 19
Pour : 18
Abstention : 1 (Monsieur PIOT).

Lien

Clion – Avis défavorable sur le dossier des éoliennes
Mardi dernier, les élus de la communauté de communes Cœur de Brenne étaient réunis autour de Jean-Louis Camus, président, qui accueillait M. Sinault, maire de Lingé et ses conseillers, pour participer dès à présent au conseil communautaire avant l’entrée officielle de la commune, en janvier 2013, dans la communauté de communes. Outre plusieurs autres décisions qui ont été prises, le conseil communautaire a émis un avis défavorable au projet de création d’une zone de développement de l’éolien sur les communes limitrophes de Murs et de Clion-sur-Indre, pour lesquels le préfet a demandé de se prononcer.

NR du 17/07/2012

2017-02-05T18:54:22+01:00 juillet 4th, 2012|Eolien, Non classé|Commentaires fermés sur Schéma Régional Eolien dans le Boischaut nord