Archives mensuelles : mars 2012

Coup de froid sur le projet de plan climat régional

Appelés à donner leur avis sur le schéma régional, quarante-cinq membres du conseil économique, social et environnemental régional se sont abstenus.

Lundi lors du conseil économique, social et environnemental régional, le projet de Schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie a été critiqué au point de n’être adopté qu’avec 29 voix pour et 2 votes contre, mais 45 abstentions. Pour le Ceser, habitué à l’unanimité, c’était une première !
Ce schéma ne sera pas à l’ordre du jour de la session régionale avant le mois de juin : les grandes lignes du projet étaient en consultation publique jusqu’au 20 mars et c’est le texte issu de cette consultation qui sera soumis au vote des conseillers régionaux, en juin.
Le SRCAE (Schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie) a été élaboré conjointement par l’État et la Région, dans le cadre de la loi Grenelle 2010. Le document de 315 pages présente les grandes orientations, notamment pour réduire (20 %) les émissions de gaz à effet de serre (GES), réduire (20 %) la consommation d’énergie, lutter contre la pollution atmosphérique et développer (20 %) les énergies renouvelables. Pour bon nombre de membres de Ceser, représentant les entreprises, le monde agricole ou tel ou tel syndicat, le document a des faiblesses, mais les critiques sont très différentes. L’absence du nucléaire, l’absence d’évaluation du coût des mesures ou encore l’absence de précisions techniques, voire chimiques sur le rôle positif de l’agriculture (Philippe Noyau, Loir-et-Cher) ont abouti aux 45 abstentions. Résumées par l’un des intervenants : « C’est un plan ou un schéma qui s’ajoute ou plutôt s’empile sur les autres ! »
L’éolien contesté
Le projet de SRCAE comporte une annexe sur l’éolien et particulièrement le projet de schéma régional des implantations éoliennes. Sur les 18 zones de développement éolien (ZDE) identifiées, EDF rachètera l’électricité à un coût préférentiel. A entendre Jean-Louis Girault (Indre), le projet de plan éolien ne semble pas non plus recueillir, pour l’instant, que des avis favorables.
L’élu écologiste, Gilles Deguet, vice-président (Indre-et-Loire) du conseil régional a répondu aux inquiétudes et à certaines des remarques et critiques, tout en précisant que le document final ne serait donc connu qu’en juin.
NR du 22/03/2012

2015-01-26T16:46:35+01:00 mars 25th, 2012|Eolien|Commentaires fermés sur Coup de froid sur le projet de plan climat régional

Coup de froid sur le projet de plan climat régional

Appelés à donner leur avis sur le schéma régional, quarante-cinq membres du conseil économique, social et environnemental régional se sont abstenus.

Lundi lors du conseil économique, social et environnemental régional, le projet de Schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie a été critiqué au point de n’être adopté qu’avec 29 voix pour et 2 votes contre, mais 45 abstentions. Pour le Ceser, habitué à l’unanimité, c’était une première !

Ce schéma ne sera pas à l’ordre du jour de la session régionale avant le mois de juin : les grandes lignes du projet étaient en consultation publique jusqu’au 20 mars et c’est le texte issu de cette consultation qui sera soumis au vote des conseillers régionaux, en juin.
Le SRCAE (Schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie) a été élaboré conjointement par l’État et la Région, dans le cadre de la loi Grenelle 2010. Le document de 315 pages présente les grandes orientations, notamment pour réduire (20 %) les émissions de gaz à effet de serre (GES), réduire (20 %) la consommation d’énergie, lutter contre la pollution atmosphérique et développer (20 %) les énergies renouvelables. Pour bon nombre de membres de Ceser, représentant les entreprises, le monde agricole ou tel ou tel syndicat, le document a des faiblesses, mais les critiques sont très différentes. L’absence du nucléaire, l’absence d’évaluation du coût des mesures ou encore l’absence de précisions techniques, voire chimiques sur le rôle positif de l’agriculture (Philippe Noyau, Loir-et-Cher) ont abouti aux 45 abstentions. Résumées par l’un des intervenants : « C’est un plan ou un schéma qui s’ajoute ou plutôt s’empile sur les autres ! »

L’éolien contesté
Le projet de SRCAE comporte une annexe sur l’éolien et particulièrement le projet de schéma régional des implantations éoliennes. Sur les 18 zones de développement éolien (ZDE) identifiées, EDF rachètera l’électricité à un coût préférentiel. A entendre Jean-Louis Girault (Indre), le projet de plan éolien ne semble pas non plus recueillir, pour l’instant, que des avis favorables.
L’élu écologiste, Gilles Deguet, vice-président (Indre-et-Loire) du conseil régional a répondu aux inquiétudes et à certaines des remarques et critiques, tout en précisant que le document final ne serait donc connu qu’en juin.

NR du 22/03/2012

2015-01-28T16:08:45+01:00 mars 25th, 2012|Environnement|Commentaires fermés sur Coup de froid sur le projet de plan climat régional

La Région mise sur la sobriété énergétique

DSC2009 2

Le schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie (SRCAE) devrait booster les énergies renouvelables. Avec l’implication des élus du département.

Quelle sera la part des énergies renouvelables dans la production d’énergie d’ici à 2020 ou 2050 ? Pour l’influer au maximum, un Schéma régional du climat, de l’air et de l’énergie (SRCAE) est mis en place, par la préfecture de région et le conseil régional.

Profitant d’une réunion de l’Association des maires de l’Indre, Gilles Deguet, vice-président de la région Centre, délégué à l’Environnement, a répondu vendredi aux interrogations des élus, qui estimaient « n’avoir pas été suffisamment impliqués » et regrettaient un « manque de concertation ». Gilles Deguet explique : « Il a fallu aller à une vitesse folle pour élaborer le document, sur une directive gouvernementale. Nous voulions que cela se fasse sérieusement, sans que cela traîne sur la question de l’éolien. Il faut agir vite. »

Éolien et géothermie

Le but de ce schéma ? Planifier ce que fera la Région en matière de maîtrise de l’énergie. Avec un grand objectif : « une diminution de 20 à 25 % de la consommation d’énergie d’ici à 2020, avec un quadruplement de l’énergie produite par l’éolien et la géothermie ». Concernant l’Indre, Gilles Deguet estime que, si le développement de l’éolien a été plutôt tardif, il est aujourd’hui assez important. « Les éoliennes du département fournissent 90 mégawatts. On est dans la moyenne régionale. » Le schéma définit également des zones favorables au développement de l’éolien (ZDE).« Dans l’Indre, on estime aujourd’hui que seize communes veulent entrer dans ces zones. Et une douzaine devrait vouloir en sortir. »

Si la consultation du public se termine aujourd’hui, les collectivités territoriales ont encore un mois pour faire remonter leurs remarques sur le SRCAE. Tous les avis seront étudiés par les deux partenaires – conseil régional et préfecture de région –, pour aboutir à une rédaction définitive du Schéma, vers le 20 mai. Le texte passera ensuite en session du conseil régional en juin.

Le document est toujours consultable sur le site internet de la région Centre, www.regioncentre.fr

la phrase

« Puisqu’il n’existe pas, pour l’heure, d’énergie qui n’ait pas d’inconvénients, le plus raisonnable est d’en consommer moins. Il ne s’agit pas de retourner en arrière mais de gagner en confort énergétique. »

C’est l’opinion des élus du groupe Europe-Ecologie, les Verts lors de l’examen, par la Région, du Plan climat énergie, plan qui a donné lieu à enquête publique jusqu’au 20 mars. S’il se réjouit du fait que la Région s’est fixé comme objectif de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40 % d’ici 2020 (base 1990), le groupe estime par contre que l’objectif affiché d’obtenir 2.600 mégawatts de capacité de production en éolien d’ici cette même date, ne pourra être atteint que si on élargit la cartographie actuelle du Schéma régional éolien.

en bref

Objectif CO 2 : les transporteurs s’engagent

Cinq entreprises de transport de la région Centre ont signé à la préfecture de région, vendredi à Orléans, la charte Objectif CO2, élaborée par le ministère de l’Environnement, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) et des représentants des organisations professionnelles. Les signataires s’engagent dans une démarche volontaire de réduction des émissions de CO2. A ce jour, onze entreprises de la région Centre se sont engagées dans cette démarche.
Les signataires de l’Indre sont Intertransports, à Châteauroux, pour 67 véhicules, et les Transports Van De Walle, à Issoudun, pour 114 véhicules.

NR du 20/03/2012

2017-02-05T18:54:27+01:00 mars 21st, 2012|Environnement, Non classé|Commentaires fermés sur La Région mise sur la sobriété énergétique

SRCE : le réseau écologique de la trame verte et bleu

Alors que le projet de Schéma Régional du Climat, de l’Air et de l’Energie est en phase de fin d’enquête publique, la campagne présidentielle étouffe les questions écologiques à droite comme à gauche.

La campagne manque de vert

“toutes ces questions d’environnement, ça commence à bien faire” Nicolas Sarkozy

Oublier, pour la grande majorité des candidats, la lutte contre le changement climatique, la pollution de l’air et des sols, l’environnement durable, la protection des espèces, les déchets nucléaires, les transports alternatifs, le grignotage des terres agricoles, la désertification du monde agricole, etc…

Repousser par décret en 2013 le Schéma Régional de Cohérence Ecologique(SRCE), qu’il aurait semblé logique de lier au SRCAE, l’un ne pouvant se définir sans tenir compte de l’autre. Fin du débat démocratique…

En préambule à la loi n°2010-788 du 12 juillet 2010, article 121, (lien avec l’article de loi) ci-dessous des informations pour prendre conscience de l’intérêt pour notre territoire de figurer sur cette future trame verte et bleu.

carte SRCE

Définition de la trame verte et bleu :
La mise en œuvre de la trame verte et bleue résulte des travaux du Grenelle de l’environnement. Il s’agit d’une mesure destinée à stopper la perte de biodiversité en reconstituant un réseau écologique fonctionnel . Ce réseau doit permettre aux espèces d’accomplir leurs cycles biologiques complets (reproduction, alimentation, migration, hivernage) et de se déplacer pour s’adapter aux modifications de leur environnement. Il contribue également au maintien d’échanges génétiques entre populations.

La loi n° 2009-967 du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement fixe l’objectif de création de la trame verte et bleue d’ici à 2012.

La loi n°2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement décrit les objectifs et les modalités de mise en œuvre de la trame verte et bleue aux différentes échelles du territoire :
-  Des orientations nationales définies par le comité opérationnel TVB et décrites dans3 guides : Choix stratégiques au profit des continuités écologiques, Guide méthodologique, TVB et infrastructures linéaires de transport. Ces orientations nationales paraitront sous forme de décret d’ici fin 2011.
-  A l’échelle régionale, un Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE) est élaboré conjointement par l’Etat et la Région, en association avec un comité régional « trame verte et bleue » dont la composition est fixée par décret.
-  A l’échelle locale, les documents d’aménagement de l’espace, d’urbanisme, de planification et projets des collectivités territoriales doivent prendre en compte les continuités écologiques et plus particulièrement le Schéma Régional de Cohérence Écologique.

La trame verte et bleue est un outil d’aménagement du territoire qui vise à “remettre de la nature” dans nos paysages. Concrètement il s’agit, par exemple, de restaurer la nature en ville, replanter des haies, installer des bandes enherbées le long des rivières, enlever les barrages sur les rivières, construire des passages à animaux leur permettant de franchir les routes et les voies ferrées…

Le projet de loi Grenelle 2 confie aux Régions, en co-pilotage avec l’État, l’élaboration d’une stratégie régionale trame verte et bleue (schéma régional de cohérence écologique = SRCE). Ce schéma identifie les grandes zones naturelles à préserver et les connexions à créer entre elles. Relier ces zones permet aux espèces qui les habitent de se déplacer, et ainsi, de résister aux agressions extérieures (routes, pollutions, bruit…).

Objectifs :

Les objectifs poursuivis sont multiples il s’agit de :

    • Réduire la fragmentation et la vulnérabilité des espaces naturels
    • Identifier les espaces importants pour la biodiversité et les relier par des corridors écologiques
    • Rétablir la fonctionnalité écologique

¤ Faciliter les échanges génétiques entre populations
¤ Prendre en compte la biologie des espèces migratrices
¤ Permettre le déplacement des aires de répartition des espèces

      • Atteindre ou conserver le bon état écologique des eaux de surface
      • Améliorer la qualité et la diversité des paysages

Cartographie régionale :
Réalisée au cours de l’année 2009, la cartographie des milieux naturels montre les richesses du patrimoine naturel de la Région. Cette carte est un travail préparatoire réalisé avant l’élaboration du schéma régional de cohérence écologique. Elle a vocation à évoluer et à s’enrichir des travaux à venir.
Cette cartographie a été réalisée par un bureau d’études pour la Région avec l’appui d’un groupe de pilotage élargi à des représentants notamment de l’Etat, d’experts naturalistes et d’associations. L’analyse a été réalisée à partir de la base de données Corine land cover et un travail SIG. Le niveau de précision (1/100 000) est tel que de nombreuses zones naturelles n’apparaissent pas à cette échelle. Néanmoins, c’est la première fois qu’une telle carte est réalisée à l’échelle régionale, de façon homogène sur les six départements du Centre.

Produits :
Les principaux produits de cette études sont :
• une carte de synthèse des réservoirs de biodiversité avec des ébauches pour les corridors,
• des cartes de déclinaison en trois sous-trame de la carte précédente, milieux aquatiques et humides, milieux boisés et forestiers, milieux ouverts,
• des fiches descriptives des 18 principaux réservoirs de biodiversité,
• une carte des éco-paysages de la région Centre,
• un cahier des charges type pour décliner cette étude à une échelle plus précise, sur un PNR, un pays ou une agglomération par exemple,
• des fiches descriptives des milieux pour les 41 pays ou agglomérations de la région (seuls les milieux qui apparaissent à cette échelle sont décris),
• le rapport complet de l’étude qui explique en détail le travail SIG réalisé pour élaborer ces cartes.

Tous les rendus de cette étude sont téléchargeables sur cette page : cartes (images et fichiers SIG), rapport d’étude, cahier des charges type, fiches descriptives des réservoirs de biodiversité, fiches descriptives des pays et agglomérations.

Lien avec le site de la région Centre

Lien avec le site de la DREAL Centre

2017-02-05T18:54:27+01:00 mars 17th, 2012|Biodiversité|Commentaires fermés sur SRCE : le réseau écologique de la trame verte et bleu

Le chanvre de Lignac alimente l’écoconstruction

Didier Vachaud cultive et transforme du chanvre bio en isolant naturel. Il souligne les vertus de cette plante qui donne même de la farine et de l’huile.

Lorsqu’on lui demande s’il fume la moquette, Didier Vachaud répond à cette plaisanterie facile en vantant les multiples qualités d’une plante au nom équivoque. Cet artisan maçon de Lignac s’est en effet diversifié en cultivant et en transformant du chanvre.
Tout a commencé en 2006 lorsqu’une cliente a souhaité utiliser ce produit naturel pour rénover sa maison. L’opération fut très concluante et il décidait d’approfondir le sujet en se documentant et en visitant plusieurs plantations du département.

Isolant naturel très efficace
Après avoir acheté le domaine agricole de Fontaudiger, il se lançait à son tour dans cette production. Sur 3 ha en 2010, puis 4,5, l’an passé… Une montée en puissance engendrée par une vraie demande. La matière première transformée sur place grâce un ingénieux système de tapis roulants et de broyeurs donne en effet de la laine naturelle, aussi efficace que la laine de verre, de la chènevotte qu’on peut intégrer aux dalles isolantes et des paillettes utiles aux enduits de finition. En bref, une somme d’éléments voués à l’écoconstruction.
Didier Vachaud emploie bien sûr ces produits dans ses propres chantiers et s’applique à les vulgariser auprès d’autres professionnels et des particuliers. Le chanvre de Lignac qui sera planté l’an prochain sur 8 ha et bénéficie du label bio, possède un bel avenir.« Dans cette plante, c’est comme dans le cochon, tout est bon, et en fin de vie, elle est recyclable », résume l’artisan. Son épouse, Nicole, en fait d’ailleurs du pain, des pâtisseries, de l’huile, et s’en sert pour cirer des meubles. Le couple qui reçoit déjà des groupes à la demande, envisage donc de créer des ateliers de démonstration pour faire partager sa nouvelle passion.

Contact : tél. 02.54.25.60.50 et 06.82.74.66.59.

NR du 06/03/2012

2017-02-05T18:54:27+01:00 mars 7th, 2012|Environnement|Commentaires fermés sur Le chanvre de Lignac alimente l’écoconstruction

Le chanvre de Lignac alimente l’écoconstruction

Didier Vachaud cultive et transforme du chanvre bio en isolant naturel. Il souligne les vertus de cette plante qui donne même de la farine et de l’huile.

Lorsqu’on lui demande s’il fume la moquette, Didier Vachaud répond à cette plaisanterie facile en vantant les multiples qualités d’une plante au nom équivoque. Cet artisan maçon de Lignac s’est en effet diversifié en cultivant et en transformant du chanvre.

Tout a commencé en 2006 lorsqu’une cliente a souhaité utiliser ce produit naturel pour rénover sa maison. L’opération fut très concluante et il décidait d’approfondir le sujet en se documentant et en visitant plusieurs plantations du département.

Isolant naturel très efficace
Après avoir acheté le domaine agricole de Fontaudiger, il se lançait à son tour dans cette production. Sur 3 ha en 2010, puis 4,5, l’an passé… Une montée en puissance engendrée par une vraie demande. La matière première transformée sur place grâce un ingénieux système de tapis roulants et de broyeurs donne en effet de la laine naturelle, aussi efficace que la laine de verre, de la chènevotte qu’on peut intégrer aux dalles isolantes et des paillettes utiles aux enduits de finition. En bref, une somme d’éléments voués à l’écoconstruction.
Didier Vachaud emploie bien sûr ces produits dans ses propres chantiers et s’applique à les vulgariser auprès d’autres professionnels et des particuliers. Le chanvre de Lignac qui sera planté l’an prochain sur 8 ha et bénéficie du label bio, possède un bel avenir.« Dans cette plante, c’est comme dans le cochon, tout est bon, et en fin de vie, elle est recyclable », résume l’artisan. Son épouse, Nicole, en fait d’ailleurs du pain, des pâtisseries, de l’huile, et s’en sert pour cirer des meubles. Le couple qui reçoit déjà des groupes à la demande, envisage donc de créer des ateliers de démonstration pour faire partager sa nouvelle passion.

Contact : tél. 02.54.25.60.50 et 06.82.74.66.59.

NR du 06/03/2012

2017-02-05T18:54:27+01:00 mars 7th, 2012|Non classé|Commentaires fermés sur Le chanvre de Lignac alimente l’écoconstruction

Enquête publique sur le SRCAE de la région centre

Ouverture de l’enquête publique sur l’élaboration du SRCAE de la région Centre du 20 février au 20 mars 2012.

L’occasion pour les habitants de l’Indre de faire valoir la prise en compte d’énergie renouvelable adaptée à notre territoire et liée à la protection de la biodiversité et de nos paysages, en résumé un vrai projet de territoire.

– Il faut associer la profession agricole au développement des énergies renouvelables, avec le solaire photovoltaïque et surtout la méthanisation en liant les effluents agricoles et la partie fermentescible de nos déchets, pour réduire l’enfouissement en décharge et produire de l’électricité.
– demander aux gestionnaires des décharges de l’Indre (COVED et CEG) d’investir dans des usines de méthanisation plutôt que d’enfouir nos déchets fermentescibles.
– Développer le solaire photovoltaique sur les bâtiments agricoles, industriels et publics avant de consommer des espaces agricoles nécessaires à notre agriculture.
– Développer la biomasse, en installant des chaudières à bois pour une meilleure gestion de nos forêts.
– Le projet ne parle pas de la géothermie alors qu’une partie nord de l’Indre est une zone favorable et encore moins du petit hydraulique, pourtant remettre en état les biefs des nombreux moulins à eau permettrait aussi une production d’énergie non négligeable.

Quant au dossier sur le volet éolien avec la création de ZDE, il faudrait :
– Limiter l’éolien à des zones fortement anthropisées comme les abords de l’autoroute A20 ou les zones industrielles ou le concentrer sur des surfaces favorables ; pourquoi ne pas fermer l’aéroport de Châteauroux qui coute près d’1 million d’Euros au Conseil Régional et en faire une grande ferme éolienne et photovoltaique,
– Ne pas se précipiter et attendre de nouvelles technologies plus prometteuses, que je détaille sur ce blog.

Sur le volet éolien, la carte des contraintes pour la définition des zones favorables au développement de l’énergie éolienne montre clairement qu’entre la Sologne et la Brenne, le Boischaut nord comme le Boischaud sud doit être préservé pour servir de future trame verte et bleu afin de protéger nos paysages, notre patrimoine culturel et ce qui reste de biodiversité, d’avifaune, de chiroptères et de couloirs pour les migrations.

Carte-des-contraintes

Ci-dessous la carte des zonages de sensibilités des chiroptères établi par Indre Nature, qui classe le Boischaut nord comme site de valeur international.

OV_ZonageChauvesSouris

Sur la zone 12, le Boischaud nord ou gâtines de l’Indre, 16 communes sont considérées comme favorables à la création de ZDE. Trois d’entre elles font partie de la CdC de Valençay (Luçay le Mâle, Langé et Vicq Sur Nahon), alors que la communauté de communes et les conseils municipaux ont voté contre la création de ZDE sur leur territoire. Le préfet de région veut-il obliger contre leur gré, ces communes à accueillir des aérogénérateurs? Autre communauté de communes du Boischaut, la CdC d’Ecueillé ou le maire d’Ecueillé Raymond Thomas et aussi président de la CdC très favorable aux éoliennes s’oppose au maire de Préaux et Conseiller Général Christian Simon. Notre maire et le conseil municipal de Préaux se sont opposés avec de fortes convictions au SRE du 4 juillet 2011 qui incluait les communes de Préaux, Heugnes et Villegouin et nous les remercions d’avoir fait retirer ces communes de la version définitive du 20 février dernier. (Voir carte ci-dessous)

D’autres communes figurent comme favorable sur le SRE alors que le conseil municipal a voté contre :
– Moulin /Cephons : 3 voix pour, sept contre, un bulletin blanc
– Baudres : six voix contre, cinq pour

Et plusieurs communes ont été retirés de la version du 4 juillet 2011 :
Châtillon/Indre, Saint-Médard, Saint Genou, Levroux, Villelongis et Saint Lactencin.

Carte comparatif 2011 2012

Lien avec le PDF du Schema Régional Eolien de la région centre
Lien avec la DREAL centre

Consultation du public du 20 février au 20 mars 2012

L’État et la Région Centre élaborent conjointement le Schéma Régional du Climat, de l’Air et de l’Energie (SRCAE) conformément à la Loi n°2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l’environnement, dite Loi Grenelle II.

Habitants de la région, acteurs du territoire
du 20 février au 20 mars 2012
exprimez-vous sur ce projet

Au regard des engagements pris par la France depuis plusieurs années, à l’échelle mondiale, européenne ou nationale, le SRCAE est destiné à définir les grandes orientations et objectifs régionaux, en matière :
maitrise de la consommation énergétique,
réduction des émissions de gaz à effets de serre,
réduction de la pollution de l’air,
adaptation aux changements climatiques,
valorisation du potentiel d’énergies renouvelables de la région.

Le projet de SRCAE se compose notamment des documents suivants :
Une partie contexte présente les problématiques abordées et le rôle du SRCAE.
Le rapport présente la situation régionale en termes de consommation et production d’énergie, d’émission de gaz à effet de serre, de vulnérabilité climatique et de qualité de l’air, ainsi que les potentiels et les objectifs pour 2020 et 2050 de production d’énergies renouvelables, de diminution de la consommation énergétique et de réduction des émissions de gaz à effet de serre.
Le document d’orientations présente 7 orientations et leurs sous-orientations en vue d’atteindre les objectifs pour 2020 et 2050, dont 4 orientations thématiques (maîtrise de la demande énergétique, réduction des émissions de GES, développement des énergies renouvelables, amélioration de la qualité de l’air) et 3 orientations transversales. Un effort particulièrement important en matière d’efficacité énergétique est prévu dans le secteur du bâtiment.
Le schéma régional éolien (SRE), annexe du SRCAE prévue par la réglementation, comprend notamment une note générale de présentation du SRE mentionnant les enjeux et contraintes régionales prises en compte pour élaborer le SRE, une note de présentation des zones définies et des recommandations, une liste de communes dans lesquelles les zones de développement de l’éolien peuvent être créées, une cartographie indicative des zones favorables au développement de l’énergie éolienne.

Plusieurs moyens à votre disposition pour participer et donner votre avis :
– Se déplacer en préfecture et en sous-préfecture pour déposer vos observations ou écrire sur le dossier d’enquête

– Déposer un avis en ligne :
http://www.regioncentre.fr/jahia/Jahia/AccueilRegionCentre/domaines-intervention/Environnement/Projet-de-Schema-Regional-Climat-Air-Energie/Projet-de-SRCAE-Deposer-un-avis
– Envoyez par mail à ces 2 adresses mail :
srcae.dreal-centre@developpement-durable.gouv.fr
environnement@regioncentre.fr

– Envoyez un courrier, impérativement à ces 2 adresses, en rec/AR si possible :
– DREAL Centre, SEEVAC/SRCAE,
5, avenue Buffon, BP 6407, 45064 ORLEANS CEDEX 2

– REGION CENTRE, Direction de l’Environnement,
9, rue St Pierre Lentin ,45041 ORLEANS CEDEX 1

2017-02-05T18:54:27+01:00 mars 2nd, 2012|Environnement|Commentaires fermés sur Enquête publique sur le SRCAE de la région centre

Brocantes dans le Boischaut nord et la Brenne

DSC3732DSC3730

Dés le début du mois de mars les première brocantes annoncent le printemps :

– A Géhée, brocante le dimanche 4 mars de 7h à 18h

– A Lye, brocante le samedi 17 mars de 6h à 18h

– A Poulaine, grande brocante et fête aux anes, le diimanche 8 avril de 7h à 19h

– A Villedieu, brocante le dimanche 8 avril de 5h à 18h30

– A Villegouin, brocante le dimanche 8 avril de 7h à 19h

– A Azay le Ferron, brocante le dimanche 15 avril de 6h à 18h

– A Luçay le Male, brocante de 7h à 19h le dimanche 15 avril

– A Sauzelles, vide grenier et marché de printemps le dimanche 15 avril de 6h à 18h30

– A Villegongis, brocante, le dimanche 22 avril de 6h à 19h 30

2017-02-05T18:54:27+01:00 mars 2nd, 2012|Actualités|Commentaires fermés sur Brocantes dans le Boischaut nord et la Brenne