Archives annuelles : 2016

/2016

Rachat de terre agricoles dans l’Indre par une société chinoise – suite

Suite à un article sur le rachat de 1 700 hectares de terres agricoles par la société Hong Yang International investment company limited,

Lors de la séance de questions au Gouvernement du mercredi 11 mai j’ai interpellé le ministre de l’Agriculture et de l’agroalimentaire Stéphane Le Foll sur le sujet de plus en plus inquiétant de l’accaparement de terres agricoles sur notre territoire par des fonds d’investissements chinois. Cette pratique, issue d’une stratégie globale de la Chine visant à contrôler de bout en bout le processus de production des matières premières agricoles pour l’exportation directe en Chine, questionne les procédures de contrôle de l’acquisition du foncier agricole dans le pays. Il est important que les pouvoirs publics et les Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (SAFER), puisse disposer des outils de régulation nécessaires au maintien de la souveraineté des paysans sur leur terre
Question au Gouvernement

M. Paul Molac. Ma question s’adresse au ministre de l’Agriculture et j’y associe mes collègues Allain, Potier, Bonneton et Daniel.

Le contrôle de la terre et de ses capacités nourricières a toujours été au cœur de notre histoire. Sans remonter à l’Ancien Régime, les lois de Tanguy Prigent de 1946 sur le statut du fermage ont amplement participé à la mutation de l’agriculture, faisant passer celle-ci d’une agriculture de subsistance à une agriculture d’abondance permettant de nourrir largement la population.

Or nous voyons des vents mauvais se lever sur le foncier agricole. Des projets comme la ferme des mille vaches ont ainsi pu voir le jour. Un cran supplémentaire a été franchi par l’achat par un fond d’investissement chinois de 1 700 hectares de terres à céréales dans le Berry, profitant de la détresse de paysans endettés. Il vise, à terme, 10 000 hectares afin d’exploiter en direct pour l’exportation en Chine. Après l’Afrique et l’Asie du sud-est, c’est donc l’Europe qui est visée. Notons que ces sociétés contournent les procédures de contrôle du foncier agricole dont le but est une répartition équitable des terres pour l’installation des jeunes et la préservation des exploitations familiales.

La première question est celle de notre souveraineté alimentaire. La stratégie globale de la Chine vise non pas seulement à acheter et transformer des produits agro-alimentaires bretons ou français mais à maîtriser directement les moyens de production de la matière première, la terre.

La deuxième question est celle de la préservation de notre patrimoine national qu’est la propriété du sol. L’enjeu est de taille, pour notre type d’agriculture familiale, ancrée dans son territoire et élaborant des produits de qualité. Cette spéculation foncière ne peut qu’être néfaste pour la compétitivité de nos exploitations agricoles qui risquent d’être les premières victimes de telles pratiques.

Monsieur le ministre, n’est-il pas temps, de revoir notre législation pour éviter que des montages sociétaires complexes ne puissent permettre le rachat sans contrôle des terres agricoles de notre pays ?

M. le président. La parole est à M. le ministre.

M. Stéphane Le Foll, ministre.

Monsieur le député, la question n’est pas de savoir si on va laisser tomber l’agriculture dans les mains d’investisseurs, que les capitaux soient européens et français ou viennent d’ailleurs, en l’occurrence de Chine.

Nous avons fait voter une loi, la loi d’avenir agricole, dans laquelle nous avons renforcé les critères, et surtout la capacité des SAFER à préempter. J’ai bien regardé le dossier. Tout cela s’est passé entre 2013 et 2015, avant la mise en œuvre du décret d’application de la loi, le 1er janvier 2016. Il a pu ainsi être acheté 1700 hectares sans que personne n’ait été au courant des transactions, pas même le président de l’APCA, Guy Vasseur, qui est lui-même de cette région et de ce département, avec qui j’ai déjeuné hier.

Maintenant, grâce au décret, nous avons des moyens supplémentaires. Nous avons par ailleurs renforcé le contrôle des structures. Il aura aussi son mot à dire sur cette structure.

Pour savoir si nous devons aller plus loin dans la législation, un groupe de travail a été mis en place au niveau du CGAAER, et Dominique Potier, à l’Assemblée nationale, travaille su le sujet. Nous renforcerons si nécessaire, notre législation.

2018-09-10T12:00:28+01:00décembre 1st, 2016|Agriculture|Commentaires fermés sur Rachat de terre agricoles dans l’Indre par une société chinoise – suite

CIVAM de Valençay – Formation le 13 décembre 2016

Le CIVAM de Valençay et du Pays de Bazelle est une association fondée dans les années 1960 qui partage les valeurs du réseau CIVAM (Centres d’Initiatives pour Valoriser l’Agriculture et le Milieu rural). Les objectifs sont de faire émerger des initiatives au service du développement durable de l’agriculture mais également de dynamiser le milieu rural.
En plus de 50 ans, de nombreuses actions ont pu être menées sur le territoire. À l’origine, les groupes de développement occupaient à eux seuls l’association, mais au cours du temps, nos projets se sont diversifiés et les thématiques que nous abordons sont désormais plus vastes : circuits courts, transmission/installation, agro-écologie, animations pédagogiques, valorisation du patrimoine rural… voir en page 2.
Aujourd’hui, nous comptons une soixantaine d’adhérents répartis sur le Boischaut Nord.
Les plantations de haies du projet BOCAGE se dérouleront de fin novembre à début décembre à Baudres, Clion, Murs, Sembleçay et Villentrois avec plus d’1 km de linéaire planté cette saison. Le cycle redémarre en 2017, pour tous les agriculteurs et élus intéressés c’est le moment de se rapprocher du CIVAM de Valençay pour faire parti de la campagne de plantation de 2017 et profiter d’un appui technique et financier!
Nouveau en 2017, le projet BOCAGE incluera les chefs d’entreprise qui souhaitent valoriser les abords de bâtiments par des haies.

Formation “Entretien durable et valorisation du linéaire de haie sur l’exploitation agricole” le mardi 13 décembre 2016.
Avec l’intervention de Benjamin Culan conseiller forêt et biodiversité à la Chambre d’agriculture de l’Indre
Connaître les interventions d’entretien et de restauration des haies, concevoir un plan de gestion, savoir comment valoriser le bois et démonstration d’une taille de formation et essais individuels avec du petit matériel.

2016-11-30T14:24:52+01:00novembre 30th, 2016|Agriculture|Commentaires fermés sur CIVAM de Valençay – Formation le 13 décembre 2016

Un groupe chinois rachète 1 700 hectares de terres agricoles dans l’Indre

Que fait la SAFER?
Dans le cas des investisseurs chinois des SCA de l’Indre, elle ne peut rien faire« . Au point que la Safer a appris que des exploitations agricoles avaient changé de main par des on-dit, et au final, par les journaux, plus d’un an après que la première opération eut lieu. Les investisseurs chinois n’ont pas racheté intégralement les exploitations agricoles, ils ont racheté toutes les parts sociales, moins quelques unes, qu’ils ont laissées aux anciens propriétaires

Certes, mais l’acquisition dans le Berry ne s’est pas faite totalement dans les règles de l’art. Le groupe China Hongyang n’a racheté que 98 % des parts des exploitations berrichonnes et ce par l’intermédiaire d’un homme d’affaires très discret, Marc Fressange fondateur de Wanadoo et de Ouhlàlà, une entreprise spécialisée dans la commercialisation de vin français en Chine (sollicité à plusieurs reprises, celui-ci n’a pas donné suite à nos demandes d’interviews). L’administration s’est d’ailleurs saisie de ce dossier. Entrée en vigueur le 1er avril — soit avant le rachat des terres du Berry — la loi d’avenir sur l’agriculture impose en effet (article 29) à tout nouveau propriétaire d’obtenir l’autorisation du préfet avant toute exploitation de terres. En se basant sur cette loi, l’Etat vient de déposer deux mises en demeure aux propriétaires chinois de l’Indre pour leur interdire de poursuivre leurs semis… N’est-ce pas là un exemple de patriotisme économique mal placé ? Pour la FNSEA, le syndicat agricole majoritaire, le problème est celui de l’installation de jeunes exploitants français, rendue forcément plus compliquée par l’arrivée de richissimes investisseurs et la spéculation qui peut en découler.

2018-09-10T11:49:13+01:00novembre 29th, 2016|Agriculture|Commentaires fermés sur Un groupe chinois rachète 1 700 hectares de terres agricoles dans l’Indre

LA CdC d’Ecueillé – Valençay, labellisée territoire à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV)

Mardi 11 octobre 2016, Madame Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer recevait les représentants de la Communauté de Communes Ecueillé – Valençay (CCEV) afin de signer la convention cadre labellisant la CCEV comme Territoire à énergie positive pour la croissance verte. Une véritable reconnaissance pour ce territoire rural.
« Territoires à énergie positive pour la croissance verte » : une opportunité pour la genèse du projet de territoire…
La candidature de la CCEV à l’appel à projets pour des territoires à énergie positive pour la croissance verte a été motivée par une ambition particulière portant sur la préservation de la biodiversité. Rural par excellence, ce territoire dispose d’un patrimoine naturel intéressant et varié qu’il est important de restaurer, préserver et mettre en valeur, en articulation avec la richesse du patrimoine historique. Cette volonté résulte d’une conscience accrue du rôle que les territoires ont à jouer en matière de préservation et de restauration des réservoirs de biodiversité et des corridors écologiques.
Le projet territorial en faveur de la transition énergétique et d’une croissance verte repose sur trois piliers fondamentaux :
1. la reconquête et la valorisation des milieux naturels et de la biodiversité,
2. la réduction de l’empreinte écologique (diminution des consommations d’énergie, réduction des déchets, développement des circulations douces),
3. l’accompagnement et le soutien à la mobilisation citoyenne.
En s’appuyant sur des acteurs parfois extérieurs, la CCEV souhaite parvenir à faire des préoccupations environnementales le vecteur à la fois d’une dynamique économique (à travers le tourisme vert), de lien social (création/réinvestissement d’espaces collectifs, créations d’animations) et de démocratie participative (implication de la population par le biais d’une sensibilisation aux enjeux, de sa contribution aux choix des orientations, sa participation concrète à la réalisation puis à l’entretien, etc.).
Dotées de peu de moyens humains et financiers, la CCEV et ses communes membres assument le parti-pris d’initiatives simples mais ambitieuses. Elles reposent sur des éléments fondamentaux du territoire, quasi intangibles, nécessitant l’implication de la population dans la démarche, et permettant de sensibiliser la population locale mais aussi extérieure par des actions pédagogiques et éducatives. Il a donc été fait le choix de privilégier la diversité des opérations – et ainsi actionner différents leviers financiers – pour créer de l’émulation dans les pratiques en vue de finaliser l’adhésion de tous vers un objectif commun…
… pour une croissance douce, durable et inclusive.
La signature de la convention cadre, mardi 11 octobre au Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, par Messieurs Claude DOUCET et William GUIMPIER, respectivement Président et vice-Président délégué aux énergies renouvelables de la CCEV, constitue de point d’orgue de cette démarche. Les 500 000 € apportés par la labellisation TEPCV, additionnés au 1 500 000 € de droits à tirage supplémentaires, sont l’outil indispensable au rééquilibrage des politiques d’aménagement. Ils permettront en effet au territoire d’être en phase avec son temps, acteur de solutions aux problèmes d’envergure internationale, et en même temps défenseur de sa ruralité et de son patrimoine. Ils ouvrent une voie d’avenir, faite de perspectives nouvelles de développement, initiatrices d’innovations, porteuses d’une identité locale en phase avec les enjeux planétaires.
Consciente que seule la mobilisation de tous, y compris des « petits » territoires, permettra d’entrer dans la transition énergétique, la CCEV a fondé l’espoir que cette contribution, même modeste, influera sur l’avenir climatique de la planète.
Quelques exemples d’actions :
– Restauration, préservation et valorisation de presque 70 ha d’espaces naturels
– Création d’un sentier pédagogique de randonnée « Benjamin Rabier »
– Rénovation de 700 points lumineux d’éclairage public
– Acquisition de vélos à assistance électrique
– Installation de ruchers pédagogiques
– Plantation de haies
– « Des poules pour alléger ma poubelle »
Contact :
Alice CAILLAT
: 02 54 00 32 38

2017-02-05T18:54:13+01:00octobre 21st, 2016|Actualités, Non classé|Commentaires fermés sur LA CdC d’Ecueillé – Valençay, labellisée territoire à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV)

Un forum pour apprendre à vivre sans pesticides, à Villedieu, le mardi 27 septembre 2016

Villedieu-sur-Indre. Les collectivités sont conviées au 2 e forum autour des alternatives aux pesticides, mardi.

Avec quatre-vingt-dix-sept villes et villages de l’Indre y ayant participé, la première édition du forum autour des alternatives aux pesticides avait remporté un véritable succès, l’an dernier, à Écueillé. Le Centre permanent d’initiatives pour l’environnement (CPIE) Indre-Berry et Indre Nature, à l’origine de ce rendez-vous, remettent donc le couvert, cette année, pour une deuxième édition, à Villedieu-sur-Indre.

Avec toujours le même objectif : permettre aux élus et aux agents des collectivités concernées de mieux comprendre la démarche « Zéro pesticide », d’en savoir plus sur la gestion différenciée et les techniques alternatives, etc.
Les participants seront accueillis, mardi, de 13 h 30 à 14 h, à la salle des fêtes de Villedieu. Une série d’interventions aura ensuite lieu, jusqu’à 15 h 30, sur La Loi Labbé, ce qu’il faut retenir, par la FNE Centre-Val de Loire ; La Réglementation et les bonnes pratiques phytosanitaires, ou comment diminuer les risques de contamination des eaux superficielles, par l’Onema ; Objectif zéro pesticide dans l’Indre : actualités et résultats, par le CPIE et Indre Nature ; Les Couverts végétaux, par l’entreprise Pissier.
De 15 h 30 à 17 h, des entreprises ou des revendeurs locaux présenteront sur leur stand des solutions préventives ou curatives alternatives à usage de pesticides (gazon, paillage, plantes couvre-sol, sedum, jachères, fleuries, désherbage mécanique, lutte biologique intégrée…).
Un stand sur l’opération Objectif zéro pesticide, présentant les différentes techniques et actions de sensibilisation mises en place dans l’Indre sera aussi proposé et le film réalisé sur l’opération dans l’Indre sera diffusé.
Enfin, à 15 h 30 et 16 h 15, au cours de visites de Villedieu, les élus et agents de la commune évoqueront leur expérience dans la mise en place de techniques alternatives (trottoir végétalisé, semis en pied de mur…).

Forum autour des alternatives aux pesticides, mardi 27 septembre, à partir de 13 h 30, à la salle des fêtes de Villedieu-sur-Indre.
La NR du 24/09/2016

2017-02-05T18:54:13+01:00septembre 25th, 2016|Environnement|Commentaires fermés sur Un forum pour apprendre à vivre sans pesticides, à Villedieu, le mardi 27 septembre 2016

Le CoinG des gourmands à Argy, le dimanche 9 octobre 2016

8 ème édition du coinG des Gourmands, organisé par l’Association des Amis du Château d’Argy, le dimanche 12 octobre de 10h à 18h :
– invité d’honneur, le chef gérard Cagna
– Déjeuner autour du coing réservation au 06 60 32 35 68
Animations diverses :
– Marché très gourmand
– Exposition d’artistes et d’artisans
– Animations musicales par les Pellovoi’Zicos et le carrousel en liberté du Deklik Théatre Tonic

Un train autorail spécial de la SABA sera mis en marche pour l’aller au départ d’ECUEILLE à 11h00, HEUGNES 11h20, PELLEVOISIN 11h45, et le retour au départ d’ARGY à 16h15, arrivée à ECUEILLE à 17h15.
Tarif : 12 € par adulte et 6 € pour les enfants de 4 à 12 ans, gratuit pour les moins de 4 ans.

2016-10-07T13:49:53+01:00septembre 23rd, 2016|Actualités|Commentaires fermés sur Le CoinG des gourmands à Argy, le dimanche 9 octobre 2016

Journées européennes du patrimoine dans l’Indre, le 17 et 18 septembre 2016

Les 33e journées européennes du patrimoine auront lieu les 17 et 18 septembre 2016.

Programme pour l’Indre :

Aigurande : Église Notre-Dame

Argy : Château – tel : 02 54 84 21 55
Le château d’Argy semble s’être échappé du Val de Loire ! Il est tout en contrastes, comme un témoin du temps qui passe. Le château Renaissance et l’imposant donjon du XVe-VIe siècle mène à une galerie Renaissance toute en finesse et en légèreté avec étage richement décoré. Le corps du logis qui s’étend à l’est entre deux tours rondes plus petites ne date que du XIXe siècle. Les communs datant du XVIIe siècle, l’ancienne grange à porteau abrite le Columbarium des Archives Nationales. Parc de 36 ha.
Visite libre, visite commentée
Le Château d’Argy à travers les siècles : le domaine du Château d’Argy vous propose une visite libre historique et architecturale d’un site militaire de paline depuis le Moyen Âge jusqu’à l’amé- nagement d’une demeure XIXe siècle.
samedi 17 septembre – 10h00 à 18h00
dimanche 18 septembre – 10h00 à 18h00
Payant

Azay-le-Ferron : Château et musée
Dix-huit pièces entièrement meublées évoquent la vie dans une confortable demeure de chasse : mobilier empire, restauration, Louis XV et Louis XVI. Importants tableaux et objets d’art jalonnent le parcours de visite.Visite libre du parc
Visite commentée
Visite guidée du château et parc libre. Le château d’Azay-le-Ferron, d’une riche architecture du XVe au XVIIIe siècle, est une véritable machine à voyager dans le temps qui nous transportera à travers les styles et les époques artistiques. Vous parcourrez les nombreux salons, chambres, salle à manger, cuisine, bibliothèque… Soit environ 15 pièces somptueusement meublées.
samedi 17 septembre – 10h00 à 18h00
dimanche 18 septembre – 10h00 à 18h00
Tarifs : Adultes 4 €, enfants (6 à 18 ans) 2 € et parc gratuit.
Beaulieu : Église Saint-Nicolas – Le Bourg – 02 54 25 73 46
Église romane du XIe siècle, retable du XVIIIe siècle, peintures murales des XIIIe et XIVe siècles.
Visite libre
samedi 17 septembre – 09h00 à 17h00 – dimanche 18 septembre – 09h00 à 17h00
Bommiers : Église Saint-Pierre
Bouges le château : Château – 15 rue du Château – 02 54 35 88 2
chateau.bouges@monuments-nationaux.fr – lisztomanias.de.chateauroux@gmail.com
Construction à l’italienne, le château de Bouges fut bâti sous le règne de Louis XV. Les communs et le jardin à la française sont entourés d’un magnifique parc de 80 hectares. Importantes collections de meubles et objets d’art.
Visite libre des extérieurs et de son parc de 80 hectares
Visite libre
Visite des communs : écuries, selleries et voitures hippomobiles et des jardins à la française, du jardin de fleurs et du parc de 80 ha
Visite commentée
Visite commentée du rez-de-chaussée du château.
samedi 17 septembre – 10h00 à 12h00 – 14h00 à 18h00
dimanche 18 septembre – 10h00 à 12h00 – 14h00 à 18h00.
Ceaulmont : Église Saint-Saturnin
Église du XIIIe siècle dotée d’une magnifique charpente. Elle surplombe la vallée de la Creuse et offre ainsi une très belle vue. Visite libre
Samedi-dimanche : 9h-18h.
Chaillac : Le Moulin de Seillant
Chassignolles: Maison des traditions
Châteauroux : Église Saint-Christophe, Équinoxe, Musée du compagnonnage, office de tourisme, usine et château Balsan

Châtillon : Centre François-Garnier – 10 Place du Marché – 02 54 38 74 57 – contact@rencontre-patrimoine-religieux.com
Le Centre François-Garnier est installé dans le site historique du château royal de Châtillon-sur-Indre. Ses locaux occupent plus particulièrement l’ancienne chapelle gothique du château, dont subsistent de nombreux vestiges.
Créé en 2004 par l’Association Rencontre avec le Patrimoine religieux, il développe diverses activités de recherche, d’étude et de valorisation du patrimoine religieux dont la région Centre est particulièrement riche, et met à la disposition des étudiants et des chercheurs un centre de documentation spécialisé dans ce domaine.
Visite commentée
Le Centre François-Garnier recueille une documentation et met en place des actions permettant de mieux connaître le patrimoine religieux. Il occupe la chapelle du château de Châtillon-sur-Indre.
samedi 17 septembre – 09h00 à 12h00 – 14h00 à 17h30
Ensemble castral – Place du Vieux Château – 02 54 38 74 19
Bâtiment dit des prisons, centre François-Garnier, château et donjon, collégiale Saint-Outrille.
Ensemble castral comprenant donjon et courtines du XIIe siècle, logis seigneurial, chapelle et communs du XIIIe siècle Collégiale romane du XIIe siècle.
Le siècle qui vient de s’écouler est insuffisant pour couvrir la protection du patrimoine châtillonnais qui a débuté au milieu de XIXe siècle par le classement M.H. de la collégiale Saint-Austregisile (liste de 1862). Les journées de septembre seront consacrées à la maîtrise foncière communale de l’ensemble castral, aux protections et aux restaurations qui en ont découlé. Totalement démembré entre 1798 et 1809. Le remarquable ensemble castral de Châtillon sur Indre a été remembré à compter du legs du donjon en 1870. Depuis cette première étape, la quasi totalité des municipalités qui se sont succédées ont poursuivi les acquisitions, avec des motivations ou des objectifs divers. Ce travail de longue haleine s’est achevé en 2012 par l’acquisition d’un îlot privé englobant la tour du “Paradis à Cognet”, vestige de la forteresse Plantagenet édifiée dans le troisième quart du XIIe siècle.

Collégiale Saint-Outrille
L’actuelle église paroissiale Notre-Dame de Châtillon-sur-Indre fut, jusqu’au XVIIIe une collégiale, servie par un chapitre de chanoines séculiers et dédiée à saint Austregisile, archevêque de Bourges au VIIe. La construction aurait commencée dans le dernier quart du XIe et se serait poursuivie pendant la première moitié du XIIe. De l’abside jusqu’à la façade occidentale le visiteur suivra l’évolution de la construction de ce remarquable édifice qui s’étend des débuts de l’art roman jusqu’à l’efflorescence du gothique.Venez découvrir son porche sculpté, ses chapiteaux, les vigoureux piliers romans qui soutiennent la voûte en berceau brisé ainsi que l’étonnante hauteur de la nerf (près de 20 m)
Exposition
Trésors d’art sacré # 5 : les ornements liturgiques : exposition autour d’une sélection d’ornements prêtés par l’archevêché de Bourges.
samedi 17 septembre – 09h00 à 17h30.

Ciron : Le Donjon de Romefort, de forme carré et flanqué de quatre tours rondes, est l’un des plus anciens donjons construits en pierre en France.

Clion : Château de l’Isle Savary – 02 54 38 61 70
Sans doute le dernier château fort construit en France (en 1460) avec ses douves, ses pont-levis, son chemin de ronde, ses échauguettes etc…, ce magnifique monument historique classé est en même temps le précurseur des châteaux Renaissance dont il présente, avant l’heure, les caractéristiques d’équilibre, d’esthétique et de magnificence qui font leur réputation mondiale. Possédé pendant plus de vingt ans par M. de Frontenac qui gouverne le Québec, l’Acadie et Terre Neuve, puis un siècle plus tard par le Comte de Jouffroy qui rénova notamment l’ensemble du rez-de-chaussée pour y faire de magnifiques pièces Empire, ce château a ensuite été abandonné pendant plus de 100 ans.
Cluis : Église Saint-Paxent et forteresse de Cluis-Dessous, halle
Concremiers :  Château de Forges
Cuzion : Vestiges du château de Châteaubrun
Déols :  Église Saint-Etienne, porte 31, rue du Pont-Perrin, porte de l’horloge, vestiges de l’Abbaye

Écueillé : Eglise Notre Dame – Rue de la Vieille-Église – 02 54 40 21 10 – mairie.ecueille@wanadoo.fr
A quelques mètres d’un ruisseau appelé la Tourmente, l’église se trouve en fond de vallon. Cette implantation n’empêche pas les promeneurs et automobilistes de l’observer d’assez loin, en raison de son clocher massif couronné d’une flèche en pierre. Un plan d’eau se trouve derrière l’église.
Visite libre
Samedi-dimanche : 14h-18h.
Dimanche : 15h.

Le train du Bas-Berry – S.A.B.A. – Gare d’Écueillé, 96 bis avenue de la Gare – 02 54 40 23 22 – traindubasberry@laposte.fr
Voie ferrée métrique (27 km) entre Argy et Luçay-le-Mâle, ancienne ligne du Blanc-Argent, avec mise en valeur par un train touristique. Gare, atelier d’entretien et installations ferroviaires représentatifs des anciens chemins de fer départementaux.
Visite commentée :
Découverte commentée du site de la gare d’Écueillé. Histoire de l’ancienne ligne de chemin de fer du Blanc à Argent. Découverte des bâtiments, des installations techniques et du matériel roulant historique sauvegardé.
Samedi : 14h-18h. Dimanche : 10h-12h et 14h-18h.
Exposition :
Photos, maquettes et matériel :
Samedi : 14h-18h. Dimanche : 10h-12h30 et 14h-18h30.
Circuit : voyage en autorail ou train à vapeur. Exposition et visites libres ou guidées durant le voyage..oyage en autorail : départs à 13h45 et 16h55, pour aller/ retour Ecueillé/Luçay-le-Mâle. Voyage en train tracté par la locomotive à vapeur : départ 15h00, pour aller/retour Ecueillé / Heugnes
samedi 17 septembre – 13h30 à 18h30
dimanche 18 septembre – 13h30 à 18h30
Tarifs des voyages : autorail 7 €€/adulte et 5 €€/enfant de 4 à 12 ans ; train à vapeur 12 €€/adulte et 7 €€/enfant de 4 à 12 ans ; gratuit moins de 4 ans .
Éguzon :  Musée
Faverolles: Église Notre-Dame – 2 rue de la Mairie – 02 54 40 42 11
Église de style roman construite aux XIe et XIIe siècles. Remaniée à l’époque gothique, elle présente des travées de voûtes d’ogives flamboyantes dans la nef et des chapiteaux à feuillage. Dans la commune à voir, statue de Benjamin Rabier, célèbre dessinateur humoristique animalier qui repose dans le cimetière communal.
Visite libre
Samedi-dimanche : 9h-18h.
Fougerolles :  Abbaye de Varennes

Frédille : Ancienne abbaye du Landais
Site d’une abbaye cistercienne en partie disparue. Chapelles des transepts, sacristie, chambre de l’abbé, partie mur goutterot Sud de l’abbatiale, aile des convers (XIIe-XVIIe siècles), fontaine du cloître, ouche, vivier.
L’église abbatiale était d’un taille assez conséquente : cinquante-six mètres de longueur et 18,5 mètres de largeur. La nef était voûtée en croisée d’ogives et haute de dix-sept mètres. Le plan, cistercien traditionnel, reprenait le classique chevet plat avec deux chapelles de chaque côté du chœur.
Les murs étaient peints ; il en reste une fresque de la vierge à l’enfant dans la chapelle sud, ainsi qu’une autre représentant probablement Saint Bernard.
A voir de l’extérieur
Gournay : Maison du village et du sabotier.
Ingrandes : Château, maison de la Croix Blanche, musée Henry de Monfreid.
Issoudun :  Musée de l’hospice Saint-Roch, Tour Blanche
La Berthenoux :  Église Notre-Dame
Le Blanc :  Château Naillac, Écomusée de la Brenne, office de tourisme, circuit de la ville.
Le Pont-Chrétien-Chabenet : Château de Chabenet
Levroux : Maison de bois
Maison à pan de bois de la fin du XVe siècle. Encorbellement à l’étage. Décoration et personnages sont de style gothique. Elle servait d’auberge pour les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle. Elle abrite aujourd’hui l’Office de tourisme et des expositions.
Lignac :  Forge de Bernier
Lourdoueix-Saint-Michel :  Château du Plaix-Joliet, église fortifiée Saint-Michel
Luçay-le-Mâle :  Musée de la Pierre à fusil.
Église Saint-Maurice
L’église réaménagée au XIVe siècle avec construction du clocher. La chapelle nord reçoit les sépultures des Seigneurs de Rochefort.
Sur face sud : caquetoire “les aîtres” où se discutaient les affaires civiles et religieuses de la ville. A l’extérieur, “Pierre des morts”,
grand socle du XVIIIe siècle, avec autour un cimetière mérovingien. Façade du grand portail porte une statue de cavalier.
Visite libre
Samedi-dimanche : 9h-18h.
Musée de la Pierre à Fusil
4 rue Roger Ménars – 02 54 40 51 11 – 02 54 40 43 31
Le musée retrace l’épopée du petit éclat de silex qui permettait de produire l’étincelle qui, mettant le feu à la poudre, provoquait la propulsion du projectile. Etonnante reconstitution d’un “crot” c’est-à-dire d’un puits d’extraction de rognons de silex. Découverte des 3 aspects de l’histoire économique de Luçay : les forges et la fonderie, les champignonnières et les carrières de calcaire.
Visite libre ou commentée
Samedi-dimanche : 14h-18h.
Tarif spécial : 2 €.
Lurais : Eglise Saint-Jean.
Lureuil : Colombier et fontaines de l’ancienne commanderie.
Luzeret : Commanderie de l’ordre de Malte.
Lye :  Église Notre-Dame, ferme de Saray.
Église Notre-Dame
Église romane avec fresques du XIIe au XVIe siècle. Édifice construit au XIIe siècle, modifié et agrandi vers 1500 : voûtement sur croisée d’ogives de la nef, construction de la chapelle sud (avant 1507) et percement de deux grandes arcades dans le mur sud
du choeur, construction d’arcs-boutants et de contreforts supplémentaires contrebutant les murs de la nef.
Visite libre
Samedi-dimanche : 10h-12h30 et 14h-18h.
Ferme de Saray
Ensemble fermier complet avec une tour-chapelle, pigeonnier à double échelle tournante, four à pain et autres dépendances, sur une cour fermée caractéristique de la région nord-ouest du Berry. Les différents bâtiments datent du XIIIe au XIXe siècles.
Lys-Saint-Georges : Maison du jardinier
Martizay :  Musée archéologique
Eglise de Martizay, cave d’une maison forte située à la Mardelle, lavoir de Moulin Neuf, lavoir du bourg, étangs… Rendez-vous place du Champ de Foire.
Méobecq : Abbatiale Saint-Pierre.
Église abbatiale des XIe et XIIe siècles.
Mérigny :  Chapelle de Plaincourault, Prieuré de Puychevrier
Mézière : Collégiale Sainte-Marie-Madeleine.
Maison de la pisciculture et musée d’histoire
Depuis le Moyen Âge, les hommes de Brenne créent et utilisent les étangs. Ils ont, au cours des temps, développé les techniques de maîtrise de l’eau et celles de la sélection du poisson. La Maison de la Pisciculture invite le visiteur à regarder évoluer carpes, brochets et gardons, à s’initier au principe de vidange des étangs et à découvrir l’art de l’élevage du poisson. Maquette et films vidéo complètent la visite. Dans l’une des tours restaurées de l’ancien château, petit musée d’histoire locale.
samedi 15:00-18:00. Payant, sans inscription 2€50 par personne
Montchévrier :  Dolmen “la pierre-à-la-Marthe”
Montipouret : Moulin d’Angibault
Moulins-sur-Céphons
Le village de Moulins-sur-Céphons est un ancien bourg castral qui conserve la motte de son premier château érigée au XIe siècle et occupée jusqu’à la guerre de Cent Ans (classée au titre des monuments historiques en 1978), l’église paroissiale formée de deux nefs accolées des XIe et XIIIe siècles (inscrite au titre des monuments historiques en 1927), la tour du châtelet d’entrée du bourg du XIVe siècle, et deux résidences seigneuriales du début et du milieu du XVe siècle. Dans la plus ancienne de ces résidences, visite de l’exposition permanente “Seigneurs, artisans, paysans: archéologie d’un village médiéval” qui présente les résultats des fouilles et des recherches historiques menées sur le village (un plan du bourg et de ses vestiges médiévaux y est disponible).
Samedi / dimanche. Gratuit, sans inscription
Neuvy-Pailloux : Église
Neuvy-Saint-Sépulchre : Basilique Saint-Jacques.
Nohant-Vic : Domaine de George Sand.
Orsennes : Château du Breuil, église Saint-Roch.

Palluau : Église Saint-Sulpice – Collègiale Sainte-Menehoulde
Située au pied du château, l’église collégiale du XIIème, anciennement église Sainte Menehould, est devenue Saint-Sulpice après le Concordat de 1801. C’est un édifice cruciforme, avec un choeur à pans coupés, présentant dans ses différentes parties des exemples des formes successives de l’art gothique local. Elle est ornée de nombreux vitraux, de stalles du XVème siècle, de statues polychromes du Moyen Âge et de l’époque moderne et de magnifiques boiseries. La chapelle seigneuriale, au nord, a été édifiée en 1502 par Charles de Tranchelion. Les statues disposées autour du choeur sont pittoresques (ici Saint Jacques, statue polychrome du Xvème siècle, classée monument historique en 1908).
Sa chapelle Marie-Madeleine est classée monument historique.
Visite libre
Samedi-dimanche : 8h-19h.

Prieuré Saint-Laurent
Ancienne église St-Laurent. Eglise romane du XIIe siècle en partie transformée en habitations. Remarquable fresques romanes, notamment la Vierge et l’Enfant. Martyre de St-Laurent sur le gril, datant du XVe siècle.
Visite libre
Samedi-dimanche : 10h-18h.
Château de Palluau Frontenac
Ouverture le samedi 17 et dimanche 18 septembre, de 14 à 17 h ;
visite guidée des salons et accès au parc. Gratuit pour les moins de 4 ans, 2 € pour les enfants de 4 à 6 ans, 5 € pour les 5 à 17 ans, 6,50 € pour les adultes.
Pommiers : Château du Châtelier
Deux corps de bâtiments des XVe et XVIIe siècles séparés par une cour pavée, entourés de douves. Visite libre des extérieurs
Dimanche : 10h-12h-14h-17h
Poulaines : Église Saint-Saturnin
Église construite au XIIe siècle. Le clocher-porche fut certainement construit dans le 1er quart du XIIIe siècle. Cette église est constituée d’une nef de trois travées et d’un choeur de deux travées. La construction du choeur, dans le prolongement de l’ancien, a pu intervenir vers 1500, au moment où s’élevait, pour le seigneur de Tessonnières, la chapelle de Sainte-Marguerite, adossée au mur gouttereau nord de l’édifice. A partir de 1868, l’architecte départemental Alfred Dauvergne construisit les deux travées de la chapelle de la Vierge. L’intérêt majeur de cette église rurale réside dans son décor sculpté et peint. Les huit colonnes engagées de la nef romane portent des chapiteaux ornés de rubans croisés ou de feuilles d’eau d’où peuvent émerger des têtes humaines. La voûte d’ogives, à huit quartiers rayonnants, de la chapelle Sainte-Marguerite repose sur des culots sculptés et peints, représentants
des têtes humaines, contemporains de la décoration picturale réalisée à la détrempe dans le dernier quart du XVe siècle. Une Annonciation et les figures en pied des apôtres, groupées par deux, occupent les huit voûtains. Les couleurs employées sont
l’ocre-jaune, le brun rouge, un ton plus foncé pour les faux-joints et un bleu pour le fond des figures.
Visite commentée :
Samedi-dimanche : 14h-18h.
Visite libre
Samedi-dimanche : 10h-12h.
Preuilly-la-Ville : Pigeonnier
Prissac : Musée du machinisme agricole, du facteur rural
Reuilly :  Château de la ferté, église Saint-Denis
Rivarennes : Église Saint-Denis
Rosnay :  Château du Bouchet – 11 Le Bouchet en Brenne – 06 72 01 62 15
Le château du Bouchet en Brenne qui a conservé son aspect de forteresse médiévale, malgré d’importantes transformations réalisées au XVIIe siècle, se dresse sur la plus haute butte de la Brenne dominant le grand étang de la Mer Rouge. Le panorama offert de la terrasse ou du donjon s’étend jusqu’à 80 kms à la ronde. La partie la plus ancienne du château la tour nord date du XIIe siècle.
Le grand donjon dont subsistent encore les traces du pont-levis, date du XIVe siècle tandis que le petit donjon a été construit par les Anglais au XVe siècle durant la Guerre de Cent ans. Après avoir été occupé par différentes familles locales, le château a été acquis par la famille Rochechouart de Mortemart au XVIe siècle qui a effectué des transformations de la forteresse en demeure de villégiature au XVIIe siècle. L’un des propriétaires, Gabriel de Rochechouart, était le père de la célèbre marquise de Montespan qui aurait fait quelques séjours au Bouchet. En 1808, Victor Hérault de La Véronne acquiert le château qui continue d’appartenir à ses descendants.
Visite libre ou commentée
Samedi : 10h-12h et 14h-18h. Dimanche : 14h-18h.
Demi tarif.
Les Étangs Foucault – 02 54 37 05 13 – 02 54 37 25 20 – ecomusee.brenne@wanadoo.fr
Ce site de 110 ha appartient au Parc naturel de la Brenne. Aujourd’hui espace protégé, il comprend quatre étangs, des prairies gérées de manière extensive par pâturage de bovins et quelques buttons. Son paysage est emblématique de la Brenne et permet
de retracer son histoire.
Parcours commenté
Histoire des paysages de la Brenne par Renaud Benarrous, archéologue au Parc naturel régional de la Brenne, vous entraînera dans les prairies et landes du site protégé des étangs Foucault, à Rosnay, sur les buttons et les chaussées d’étangs. Il vous aidera à
trouver les multiples indices permettant de comprendre l’histoire des lieux et vous pourrez, avec lui, découvrir les réponses aux “vieilles” interrogations : De quand datent les étangs ? Pourquoi ont-il été créés ? et par qui ? les légendaires moines brennous
ont-ils vraiment assaini un marécage hostile et inhabité ? Rien n’est moins sûr au vu des dernières découvertes… Rendez-vous sur le parking des étangs Foucault ; durée de la visite : 2h. Nombre de personnes limité à 12. Déplacements : à pied. Prévoir
chaussures de marche et vêtements adaptés à la météo. Réservation obligatoire.
Dimanche : 09h30.
Roussines :  Eglise Saint-Sulpice
Ruffec :  Eglise du Prieuré Saint-Martial, Tuilerie de la Lorne
Saint-Aigny :  Eglise Saint Aignan
Saint-Aubin : Grange à porteau et ancienne bergerie
Saint-Benoît-du-Sault : Jardin des merveilles, musée de l’objet du petit patrimoine
Saint-Denis-de-Jouet :  Eglise
Saint-Gaultier :  Chapelle néo-romane, collège Jean Moulin,Eglise Saint-Gaultier

Saint-Genou : Église abbatiale Sainte-Marie – Place de l’Église – 02 54 38 45 95
Église abbatiale romane du XIIe siècle dont subsistent l’abside, le choeur des moines et le transept, ornés de chapiteaux.Malgré la destruction de sa nef au XVIIe siècle, l’église de Saint-Genou reste l’un des plus purs monuments de l’architecture romane en Berry.
Elle se compose d’un transept, partiellement conservé, élevé sur le modèle de celui de Saint-Martin de Tours, d’un chœur droit pourvu d’une splendide colonnade, ornée de chapiteaux pour certains historiés, terminé par une abside circulaire abritant, sous l’autel moderne, le tombeau de saint Genou, dont la dalle funéraire a été conservée avec son inscription dédicatoire.
Visite libre
Samedi-dimanche : 9h-19h.
Lanterne des morts – Rue d’Éstrée – 02 54 38 45 95
Située sur le site de l’ancien cimetière paroissial d’estrée, la lanterne des morts était allumée la nuit en signe de communion avec les défunts. La date de sa fondation est incertaine, elle peut remonter au XIVe siècle.
Visite libre
Samedi-dimanche.
Musée de la Porcelaine – 2 rue des Vigneaux – 02 54 38 45 95 (mairie)
Ancien bâtiment industriel transformé en partie en Musée de la Porcelaine.
Visite libre
Vous découvrirez les différentes étapes de la création, du dessin au produit fini, à travers les postes de modelage, de décoration, des pièces d’exposition et d’un coin vidéo. Magnifique maquette au 1/7e d’un four à flammes renversées.
Samedi-dimanche : 14h30-18h30.
Saint-Hilaire-sur-Benaize :  Château de Céré
Saint-Marcel : Eglise de Saint-Michel, Musée archéologique d’Argentomagus, musée de la Vigne
Saint-Pierre-de-Jards : Jardins du château de Bellechasse
Sainte-Lizaigne : Église romane.
Sassierges-Saint-Germain : Eglise Saint-Germain
Valençay : Musée de l’automobile, parc et Château, rendez-vous de chasse de La Garenne
Le Musée de l’Automobile de Valencay présente une soixantaine de véhicules, de 1898 à 1971, en état de fonctionnement, ainsi qu’une importante collection d’enseignes de garage, de pièces détachées et d’affiches d’époque.
Château Renaissance avec un magnifique donjon. Imposante aile ouest de style classique. Pièces meublées, jardins à la Française et parc à l’Anglaise. Ancienne demeure du Prince de Talleyrand, ministre des Affaires Étrangères de Napoléon.
Veuil : Église Saint-Pierre
La Transaction passée en 1162 entre les moines de Villeloin et l’archevêque de Bourges nous révèle que la paroisse de Veuil existait déjà dans la seconde moitié du XIIe siècle. L’église fut transformée et agrandie au XVIe siècle.
Vicq-sur-Nahon : Château de La Moustière
Villedieu : L’Association de restauration de véhicules militaires (ARVMC) présente une collection de véhicules militaires 1939-1945 ainsi qu’une collection sur l’environnement du soldat français de l’époque.
Villegouin : Le Moulin Neuf
Moulin à eau avec coursier, le long d’un ruisseau, avec son canal de retenue d’eau, son coursier et sa roue à aube. A regarder en se promenant sur le chemin communal. Gratuit samedi et dimanche
Vouillon : Église Saint-Saturnin

2017-02-05T18:54:13+01:00septembre 10th, 2016|Actualités, Non classé|Commentaires fermés sur Journées européennes du patrimoine dans l’Indre, le 17 et 18 septembre 2016

Eco-festival à Clion sur Indre, le 4 septembre 2016

Ouverture de l’éco-festival le dimanche 4 septembre à partir de 10h sur le champ de foire
Edition bisannuelle de l’éco-festival de Clion sur Indre avec :
– Marché de producteurs bio, d’artisanat et de produits de bien-être – restauration bio et buvette – atelier, conférence
– Qu’est-ce qu’il y a dans mon assiette ?
– Visite d’une ferme bio à Rosnay (36) de 10h à 11h30

2016-09-06T13:28:05+01:00septembre 2nd, 2016|Actualités|Commentaires fermés sur Eco-festival à Clion sur Indre, le 4 septembre 2016

Fiesta Deuche, à Châtillon sur Indre du 29 au 31 juillet 2016

12ème Rassemblement 2CV à Châtillon-sur-Indre “FIESTA DEUCHE BERRY TOURAINE” du vendredi 29 au dimanche 31 juillet

RV au Pré de Foire :
Ouverture du site le VENDREDI 29 juillet à 16h :
– 19h apéritif de bienvenue
– Possibilité de restauration avec “Patate et compagnie” ou repas sorti de la malle. Soirée DJ.

SAMEDI : Départ du rallye avec pique-nique en cours de route (SORTI DE LA MALLE). Retour en fin d’après-midi, vers 19h00 : apéritif suivi du repas et soirée DJ.

DIMANCHE :
– Matin : balade bucolique autour de Châtillon avec arrêt casse-croûte dans un village d’’accueil.
À midi, retour sur le site pour le repas sorti de la malle.
– Après midi : résultats du rallye et remise des prix .
Renseignements et inscriptions : 06 87 41 39 97 et 06 18 02 60 77

2016-07-21T10:42:28+01:00juillet 21st, 2016|Actualités|Commentaires fermés sur Fiesta Deuche, à Châtillon sur Indre du 29 au 31 juillet 2016

Achat de terres par des sociétés chinoises dans l’Indre

Normalement les achats de terres agricoles sont réservés en priorité aux agriculteurs qui en ont le plus besoin. Encore faut il qu’ils aient les moyens de les acheter, ce qui est de plus en plus rare avec la crise agricole actuelle. La tendance est même à la vente, histoire de se désendetter. Normalement aussi, la Société d’Aménagement Foncier et d’Etablissement Rural (SAFER) dispose d’un droit de préemption afin de contribuer à une juste répartition des terres disponibles. Ce qu’elle fait de moins en moins.
Selon Emmanuel Hyest, président de la SAFER cité par notre confrère La Croix de ce jour, « toutes les terres agricoles vendues en France doivent être notifiées par notaire. Nous avons même un droit de préemption, confirme-t-il, si les prix ne correspondent pas au marché ou si la vente ne répond pas aux objectifs des politiques publiques, comme la préservation du modèle d’agriculture familiale ». Voilà pour la méthode.
Mais le mandataire des acheteurs chinois est allé voir des paysans en grande difficulté, lestés d’un endettement très lourd. Et leur a proposé un moyen de se désendetter en cédant aux investisseurs chinois jusqu’à 98% des parts dans une le cadre de la constitution d’une Société Agricole. Il apparaît donc qu’il existe une faille dans le système de contrôle des transactions mis en place par la SAFER de l’aveu même de son président : « Il suffit de vendre 100% de la société moins une part », laisse-t-il entendre pour que l’opération qui a permis aux investisseurs chinois d’acheter 1.700 hectares de terres céréalières ne puisse pas être contestée par la SAFER.
Il est donc grand temps de modifier la législation pour éviter le développement d’une pratique dangereuse pour l’intérêt national et pour notre souveraineté alimentaire. Car ce qui caractérise la crise agricole actuelle, aggravée ces derniers mois par la chute des cours, du blé, du maïs, de la viande bovine , de la viande porcine et de lait de vache , c’est à la fois la chute du revenu des exploitant et l’augmentation de leur taux d’endettement. Ceux qui sont propriétaires de tout ou partie des terres qu’ils exploitent peuvent alors être nombreux à considérer que vendre des parts à un investisseur étranger afin de récupérer de l’argent pour payer ses dettes et continuer de produire devient le seul moyen de garder son métier.
Usant d’une faille pour contourner les protections mises en place pour protéger l’achat de terres agricoles en France, un groupe chinois a fait main basse sur près de deux mille hectares dans l’Indre en achetant trois exploitations. Et des négociations seraient en cours pour l’acquisition d’une quatrième.

Cette mystérieuse société chinoise a racheté l’année dernière 1 700 hectares de terre agricole dans l’Indre. Des acquisitions qui manquent cruellement de transparence et commencent à inquiéter.
Si on connaît l’engouement des riches Chinois pour les vignobles bordelais, leur intérêt soudain pour les exploitations agricoles était, lui, moins prévisible.
Le groupe China Hongyang, spécialisé dans la fabrication et la commercialisation… d’équipements pour les stations-service et l’industrie pétrolière a pourtant acquis, l’an dernier, 1700 hectares de terres agricoles dans le département de l’Indre. C’est la «branche investissement» de ce groupe qui a racheté, à prix d’or, ces parcelles à trois exploitants. Beijing Reward International Trade, l’une des filiales de ce trust produit et commercialise du lait en poudre.
à ce jour, rien n’a filtré quant à l’utilisation que ces firmes chinoises comptent faire de ces terres.

La Safer (Société pour l’aménagement foncier rural), censée être informée de toute cession, estime dans un communiqué que «les productions agricoles du groupe seraient destinées à l’exportation», au pays du Soleil levant.
«Les investisseurs sont allés voir les exploitants qui tiennent une structure individuelle, leur ont demandé de se mettre en société agricole de type Société en commandite par actions (SCA) avant de racheter 98 % des parts sociales», détaille Hervé Coupeau, président de la Fédération des syndicats d’exploitants agricoles (FDSEA) de l’Indre.
Un montage qui supprime toute obligation de droit de regard puisque la cession des parts de société agricole n’atteignant pas les 100 %, les actionnaires ne sont pas obligés d’en référer à la Safer et, du coup, la transaction échappe à tout contrôle.
«Il apparaît donc évident qu’il faut modifier les choses pour éviter de telle situation», invite Jean-Louis Cazaubon, président de la Chambre d’agriculture de Midi-Pyrénées.

Un Français chargé d’un subtil montage
Les SCA qui ont été constituées pour le rachat de ces exploitations ont toutes été placées en gérance ou en co-gérance au nom d’un certain Marc Fressange, un Français qui s’occupe d’importation/vente de grands crus et de produits agro-alimentaires français mais aussi de la gestion de portefeuilles, spécialisée dans les investissements pour le secteur agro-alimentaire en Europe, France et Chine (lire l’encadré ci-dessus).

La Chine, qui manque de terres agricoles, mène des opérations similaires dans d’autres régions du monde.

2018-09-10T11:46:13+01:00mai 12th, 2016|Agriculture|Commentaires fermés sur Achat de terres par des sociétés chinoises dans l’Indre